ACTUALITE AVRIL

VENCE

Le 29 avril 2019

CONFÉRENCE BIBLIOTHÈQUE POUR TOUS

 

« L’AMOUR INTERDIT »

LIVRE DE CHRISTIAN MARIA PRÉSENTÉ PAR L’AUTEUR

 

 

                Christian MARIA vient d’écrire un roman historique sous le titre « L’AMOUR INTERDIT ». L’action se déroule au début du 15ème siècle à ROURE, dans la Moyenne Vallée de la Tinée. Le village s’étage de 400 à 2000 mètres d’altitude, il est sur le chemin muletier qui conduit jusqu’à Beuil. Le village vit en autarcie : le climat permet la présence des oliviers et de la vigne. L’eau est abondante, les forêts donnent le bois, les terres reçoivent les cultures de légumineuses, pois chiches et fèves. En altitude s’étagent les riches pâturages, où les troupeaux montent en estive, sources de revenus financiers.

                Dans le village, la jeune Delphine, très certainement issue d’une famille aisée, a été mariée à Jean Bovis, propriétaire terrien. Sa vie aurait pu être sans histoire, si elle n’avait éprouvé une très forte inclinaison, partagée, pour Pierre Blanqui, le curé du village, et s’ils n’avaient tous deux franchi le Rubicon en se donnant l’un à l’autre. D’où le titre !

                Certes, c’est un roman. Mais l’auteur est parti d’un fait réel, en s’appuyant sur le jugement rendu à Saint-Sauveur-sur-Tinée, en 1427, par le juge Philippe Audibert de la Cour de justice itinérante de la Viguerie de Puget-Théniers, dont dépend Roure. Ce jugement est lourd pour la jeune et belle Delphine. Elle sera condamnée à une très forte amende, fonction de sa fortune personnelle...

Lire la suite ICI

Flyer Notre-Dame-v3[37070].gif

VENCE 

Le 28 Avril 2019 

Concert de musique baroque au Conservatoire

 

Merveilleux concert de musique baroque organisé par Mr Lozano, un échange d'instruments à cordes dirigé de manière magistrale par une intervenante chevronnée, Margherita Pupulin, violoniste spécialisée en musique ancienne.

 

En collaboration avec Euterpe (Association des parents d'élèves et amis du conservatoire) ce Master Class fut précédé d'un mini-stage permettant aux élèves de s'initier à ce style de musique. Un atelier pédagogique de deux jours se déroula avant la représentation pour étudier la technique et l'esthétique particulière de ce registre, en présence de cette spécialiste : le matin les musiciens effectuaient un travail individuel un par un avec Mme Pupulin et l'après-midi ils jouaient en groupe...

 

Le résultat a enchanté une assistance captivée par le résultat sonore de ce concert. Un grand bravo à tous les acteurs de cette soirée franchement réussie ! 

Damien Courouble

VENCE

Le 28 Avril 2019 

Leonard Bernstein et Dan Forrest honorés par l'Ensemble Vocal Syrinx

 

    J'emprunte à Marc Duthilleul son article à propos du concert :

« Une Cathédrale comble pour ce dernier concert de la saison Syrinx 2018-2019.

  Nous avons accueilli les chœurs de l'ensemble vocal Syrinx, accompagnés par Cristina Greco à la harpe, R Galfione à l'orgue et P Biclot aux percussions.
   Ils nous ont fait entendre le Requiem for the Living de Dan Forest et les Chischester Palms de Léonard Bernstein, dirigés avec toujours le même enthousiasme par Giulio Magnanini.
   Merci de nous avoir charmés avec ces deux œuvres trop rarement jouées.

   Place maintenant à Festi'vence 2019 les 28, 29 et 30 juin 2019 : 20 concerts de tous styles sur les places de la cité historique de Vence.
   La programmation sera présentée au public le Dimanche 16 juin à 11h00, à l'espace culturel Leclerc-Vence » 

   Merci Marc, nous nous réjouissons à l'avance de ce beau festival

France-Hélène La Courge

VENCE

Le 26 avril 2019

Médiathèque : Université dans la Vie du Pays vençois

LA PROMENADE DES ANGLAIS – par Véronique THUIN 

 

 

                À l’invitation de la conférencière, remontons dans le passé, au temps où la Promenade des Anglais est le lieu emblématique de la capitale d’hiver qu’est devenue Nice pour l’aristocratie cosmopolite, en ce 19ème siècle et tout début du 20ème.

                La courbe harmonieuse de la Baie des Anges lui offre un site agréable, voire exceptionnel. Une légende ne dit-elle pas qu’Adam et Ève, après avoir été chassés du Paradis, furent conduits dans ce nouvel Éden par les anges. La promenade, d’une largeur variant de 20 à 60 m, longe d’un côté la mer et de l’autre, conçus par des paysagistes de renom, de magnifiques jardins, précédant d’au moins sept mètres des villas à l’architecture soignée et des palaces destinés aux hivernants. Elle part du Jardin Albert 1er pour atteindre, en 1864, le Pont Napoléon qui la raccorde à la vieille ville, et le fleuve Var, en 1903, au terme de huit kilomètres.

                Elle est conçue pour le plaisir de la déambulation et offre de nombreux équipements : des bancs à dossiers inclinables orientables, vers la mer ou vers les collines et les jardins - les chaises viendront plus tard. Des balcons sont aménagés en surplomb pour pouvoir regarder la mer comme un spectacle. D’ailleurs en décembre 1882, lors d’un épisode de mer houleuse, les curieux viendront en si grand nombre pour admirer la furie des flots que les journaux de l’époque le mentionneront.

                L’évolution des techniques d’éclairage est mise au service de la Promenade et c’est ainsi que des becs de gaz vont apporter un équipement supplémentaire à la Promenade. Et pour améliorer le confort des promeneurs, un arrosage pour limiter la poussière est mis en place. Dès que le goudron sera inventé, la Promenade en bénéficiera.

Tout est mis en œuvre pour en faire un lieu attractif, cosmopolite et élégant.

Lire la suite ICI

LA GAUDE

Le 26 avril 2019

« Minimaliste » à la Coupole

                Ce vendredi avait lieu au Centre culturel « La Coupole » le vernissage, avec remise des prix, de l’exposition des photos du concours organisé par le Photoclub de La Gaude, devant un public nombreux de photographes et amateurs de ce 8ème Art. Le thème du concours était éminemment artistique justement : « Minimaliste », ou l'Art de faire Plus avec Moins. Une quarantaine des meilleures photos issues du concours étaient et seront exposées jusqu'au 13 Mai à La Coupole.

                Mesdames Monique Tosello, adjointe à la Culture, et Vanessa Siegel, conseillère municipale, représentaient la municipalité de La Gaude ainsi que Gilles Farault, responsable de la Coupole, et Marianne Drouet, présidente du Photoclub de La Gaude.

                De nombreux auteurs faisant partie de plusieurs clubs de la région (Photoclub La Gaude, Photoclub IBM Côte d'Azur, Images et Expressions de Cagnes-sur-Mer et le Photoclub Azur Photo Passion de la Colle-sur-Loup), ainsi que des photographes professionnels, ont été récompensés par des prix et des lots d'Artisans du Village de La Gaude :  Céline Pierini, Dominique Garcia, Marianne Drouet, Maurice Zanella, Claude-Marie Auger, Sandra Broccolichi, Joël Gourmelen et René Ghiselli.

À noter que la gent féminine a excellé dans ce concours en raflant les 3/4 des prix, alors Mesdames, félicitations !!

                Nous attendons avec impatience le sujet de l'année prochaine.

                Encore bravo à la sympathique équipe qui organise cet événement, à la municipalité et aux artisans de La Gaude pour leur soutien.

Christophe Dentinger

Photos :  Maurice Zanella

SAINT JEANNET, CARROS, VENCE, LA GAUDE, LE BROC, GATTIERES

Le 25 avril 2019

6ème rencontre pour l'emploi

   Ravie, Christiane Moceri, première adjointe déléguée au développement économique, nous présente cette 6ème édition des Rencontres pour l’emploi organisé grâce à la présence de six municipalités :  Saint-Jeannet, Gattières, La Gaude, Vence, Carros et Le Broc.

   « Cinquante-cinq exposants ont répondu à l’invitation et offrent environ 500 emplois à pourvoir tout de suite » nous confie Christiane Moceri encouragée par les 400 visiteurs dont de nombreux jeunes gens et jeunes filles par fois accompagnés de leurs parents.

   Bravo pour cette initiative et bonne chance pour l’année prochaine !

[images et montage : Jean Seguin]

VENCE

Le 25 avril 2019

CONFÉRENCE DE « L’OISEAU LYRE » SALLE DES MEULES

« TEMPO DI VALSE, LA SAGA DE LA VALSE »

 

                Le musicologue, Daniel JUDLIN, en préambule nous prévient qu’il ne faut pas s’attendre à une conférence magistrale, qui respecterait un ordre chronologique et un tour d’Europe, pays par pays ; non, son choix à lui est de nous emmener faire un voyage au pays universel de la valse, sur des photos de lieux emblématiques prises par son fils Christophe, et de nous faire écouter des morceaux de cette musique qui a rencontré dès son apparition l’adhésion d’un public conquis, sur tous les continents, au gré des vues et des souvenirs musicaux qu’elles évoquent pour lui.

                L’origine du mot « valse » serait allemande, du verbe « waltzen » qui signifie tourner, ou bien italienne, du mot « volta » qui signifie tour. Dans les deux cas, la notion de mouvement circulaire est présente.

                Très probablement, au départ, la valse est une danse paysanne, apparue dès le 13ème siècle en Bavière, sous le nom de « Laender ». Elle connaît des évolutions au cours des siècles pour s’adapter aux milieux où elle se développe. Ainsi, les pas sautés sur un rythme binaire acceptables en plein air, vont disparaître au profit de pas glissés sur un rythme à trois ou cinq temps, ou plus dans les salles de bal, favorisés par les sols en parquet des cours royales et impériales. La valse introduit un autre mode de déplacement, beaucoup moins figé que le menuet ou le quadrille. Ce n’est pas une danse en ligne où il y a peu de contact entre les danseurs, c’est une danse « emboitée », où l’homme enlace la femme. En dépit des foudres de l’Église, qui trouve dans cet enlacement de couple une posture obscène, cette danse plaît. Et la cour des Habsbourg à Vienne au 17ème siècle va lui donner ses lettres de noblesse, lui apportant une renommée qui dure encore de nos jours. Il n’est qu’à voir l’engouement pour le Bal du Jour de l’An au Palais de la Hoffburg à Vienne, à l’acoustique parfaite, avec des orchestres dirigés par des chefs prestigieux.

Lire la suite ICI

VENCE

Les 21  et 22 avril 2019

Les Fêtes de Pâques 

Les fêtes de Pâques sont au pluriel chaque année, 2019 ne déroge pas à la règle.

             La fête vençoise anime les rues sur deux jours et commence toujours le dimanche matin par une messe pour célébrer la Résurrection du Christ, puis le maire, cette année Madame le maire Catherine Le Lan, couronne la nouvelle reine de la ville. L’heureuse élue devra représenter la cité, accompagnée de ses deux Demoiselles d’honneur, lors des manifestations locales durant toute une année. Cette élection fut instaurée en 1922 par le maire de l’époque Henri Giraud. La première Vençoise à être élue fut Rose COUSIN en 1922.

              L’association de culture provençale La Brissaudo participe aux festivités ces deux jours, musique et danses traditionnelles sont au programme, danse de la Souche après le couronnement (un cep de vigne calciné offert à une personne méritante), aubades à travers la ville en mémoire des félibres, Henri Giraud bien sûr, mais aussi Frédéric Mistral, Victor Tuby, Louis Funel, Fernand Moutet… Tous ayant donné leur nom à des rues ou des places de la ville.  Cette année, le dimanche après-midi, un concert de galoubets et piano est proposé à la salle des Meules, Descente des Moulins. Le lendemain matin a lieu en plein air la messe du Siège, devenue la messe de la Réconciliation, sur le stade St Michel. Et n’oublions pas les enfants qui 

auront fort à faire dans une chasse aux œufs à La Conque pour remplir leurs paniers…

            La création d’un char n’est pas une mince affaire ! Du travail à plein temps, de l’énergie décuplée, l’occasion de se réunir en famille et entre amis, boire, manger, un élan intergénérationnel pour offrir un tableau vivant, avant le corso fleuri tant attendu. Cette année encore à 14h30 : les organisateurs donnent le départ, la police encadre ce défilé païen, et les appareils photo s’activent… Des milliers de feuilles de lentisques pour tapisser le grillage fixé sur les véhicules, des milliers de fleurs piquées avec délicatesse par-dessus, des enfants costumés, de la musique, de la fumée, tout est réuni pour réjouir les spectateurs venus en nombre. Des groupes de musiciens et de saltimbanques se produisent entre les chars, et c’est un défilé joyeux qui ravit tout le monde avant la bataille de fleurs.

              L’animateur Marc Chaix présente les compositions ambulantes, juché sur le podium des « Officiels », lesquels voteront pour élire le ou les plus méritants. En règle générale ils le sont tous et sont tous ex aequo !               

Nelly Orengo

VENCE

Le 21 avril 2019

LE DÉFILÉ EN HOMMAGE AUX FÉLIBRES PROVENÇAUX

 

   Les trois drapeaux, français, provençal et vençois, plantés sur leurs mâts, ondoient sous la brise froide de ce dimanche matin. Les tambourinaires de La Brissaudo sont fidèles à ce rendez-vous annuel : le porte-drapeau soutient allègrement la bannière brodée au nom du groupe, le petit porteur du fanion « Lei Grignoun », dans son bel habit d’enfant provençal, conscient de son rôle, se place dans son sillage. La Reine de Vence et ses deux Demoiselles d’honneur, en robe aux motifs provençaux et grande cape qui les protège de ce vent qui souffle, la jeune « Maïo » de l’année, souriante, tout de blanc vêtue, couronnée de fleurs aux tons doux, plusieurs personnes de tous âges, dans leurs atours provençaux de fête, dont l’une porte le cep de vigne orné de rubans, se tiennent attentives. Des photographes, professionnels et amateurs, mitraillent en espérant saisir le meilleur cliché souvenir. Madame Le Maire et quelques conseillers municipaux qui aiment leur ville en profitent pour saluer, discuter, échanger avec les rares courageux venus à une heure aussi matinale et inhabituelle, puisque toutes les années passées, l’hommage aux félibres provençaux était rendu après la messe et la danse de la souche, et était donc très suivi.

   Le signal de départ est donné, les tambourinaires en tête, le cortège s’ébranle, traverse en diagonale la place dite « du Grand Jardin » pour rejoindre depuis l’Allée des Fleuristes l’angle de la rue Louis Funel, instituteur de son état, qui, sous le soleil du midi, sut dire en prose imagée dans sa langue régionale toute la beauté de la création.  Quelques airs, une ronde enfantine, devant la maison où il habita jusqu’à sa mort en 1928.

     Le cortège rejoint à pas rapides, par l’Avenue de la Résistance, la rue Élise et la rue Isnard, la jolie petite place Frédéric Mistral. Ici, les vers du Chant X de Mireille, gravés dans le marbre, prennent tout leur sens : « Écoutez- moi, gens de Provence, depuis Arles jusqu’à Vence ».

   Les paroles de la « Coupo Santo » sur la musique de Saboly font frissonner tant elles semblent d’actualité. Station courte, l’heure presse. Dans la rue Isnard, sous les fenêtres de la petite maison aux volets verts, une pensée émue pour les Époux Badalassi, tous deux disparus maintenant, qui ne manquaient jamais de saluer les tambourinaires depuis la fenêtre où ils s’accoudaient l’un à côté de l’autre à tous les moments provençaux festifs. Puis, c’est l’arrivée sur le Belvédère Fernand Moutet, où le regard embrasse un vaste paysage depuis le Mont Peymia et les quatre Baous jusqu’à la mer. Aucun autre lieu ne pouvait mieux convenir que celui-là pour porter le nom de ce professeur d’anglais, français, dessin, musique, provençal, tant aimé de ses élèves, et grand amoureux de la langue provençale, qui a laissé à la postérité de magnifiques poèmes.

   Dans le vent, les paroles enfantines s’envolent de leur farandole, et les tambourinaires rangent leurs massettes dans leur grande sacoche. Les cloches appellent. La liturgie pascale va commencer, il est temps de rejoindre la Cathédrale. « A l’an que ven » si Dieu le veut. En espérant que le public soit plus nombreux. 

 Danielle VALLÉE

La fabrication des chars de fleurs

   Familles ou associations, petits ou gros chars, la procédure est la même. Tout commence par une(des) réunion(s) de préparation : choix du thème du char, du véhicule – de la petite remorque au camion – de la répartition des tâches : de la commande des fleurs au ramassage du lentisque en passant par l’achat des bois et grillage, pour bâtir la structure et accrocher les petits bouquets de lentisque et les fleurs et, parfois, d’autres décors. Et enfin, choisir et préparer les costumes des enfants montés en nombre sur les chars.

   Mais surtout, il faut trouver de la main d’œuvre, beaucoup de main d’œuvre… La bonne humeur arrive d’elle-même avec quelques brochettes et saucisses dans du pain, parfois une gigantesque paëlla préparée de main de maître, un (parfois plus) verre de rosé bien frais ou une bonne bière… ou de la bonne eau de la Foux.

   Et la fête peut commencer pour le plus grand plaisir des petits et des grands.

MO

Lundi 22 Avril 2019

La Messe du Siège

 

   Lorsque Huguenots et Papistes s'estrapaillaient plus ou moins allègrement, Vence faillit être croquée.  Mais Saint Lambert et Saint Véran veillaient sur leurs ouailles vençoises. Et notre bonne ville fut sauvée.

C'est en mémoire de cette victoire que, chaque année, l'on commémore ce passage de l'Histoire par une messe au Plateau Saint Michel, le Lundi de Pâques.           

France-Hélène La Courge

VENCE

Le 21 avril 2019

CONCERT PAR LA BRISSAUDO LE DIMANCHE DE PÂQUES 2019

À LA SALLE DES MEULES

 

                Dans une salle des meules, qui évoque si bien les activités d’une Provence d’antan qu’on aimerait voir garder ses traditions, la Brissaudo propose un concert combinant les traditionnels galoubets et tambourins et le piano. Le résultat est à la hauteur du travail de ces cinq tambourinaires et de la pianiste, et les artistes sont très applaudis à la fin de chaque morceau.

                Imaginez un instant la somme d’apprentissage et de répétitions qu’il a fallu pour tirer de ce petit instrument à vent - percé seulement de trois trous, deux d’un côté et un de l’autre, tenu dans la main gauche, tandis que la massette tenue dans la main droite rythme la mesure sur le tambourin - de telles modulations subtiles, que la grande variété des morceaux interprétés permet d’apprécier.

                Nous aurons le plaisir d’entendre La Marche du Prince et plusieurs menuets, mais aussi une valse romantique, un andantino, des airs très festifs avec Le Réveil du Tambourinaire, L’heure andalouse, l’extraordinaire Fantaisie d’après l’ouverture du Calife de Bagdad et même un air jazzy avec « Blue grass on the western trail ». Les compositeurs traversent les siècles : du 18ème avec les Arnaud père et fils, Chateauminois et Boïeldieu au 20ème avec Maurice Maréchal qui contribuera à redonner un haut niveau musical à la formation des tambourinaires.

                Dominique Clérico, qui présente chaque œuvre, l’a bien connu et lui est reconnaissant de cette exigence pour atteindre l’excellence.

                La Reine de Vence et ses deux Demoiselles d’honneur, ainsi que Madame Le Maire, ont pris plaisir à ce concert, offert gracieusement. Un beau cadeau pascal. 

Danielle VALLÉE

VENCE

N’OUBLIONS PAS TCHERNOBYL ! 

 

                Comme chaque année l’association « Écologie pour Vence », à l’initiative du premier adjoint au maire, Patrice MIRAN, ingénieur écologue, se réunit devant l’ancien cimetière de Vence. Au cours de cette cérémonie M. Miran va rappeler le terrible bilan humain de cette catastrophe écologique, qui est la plus importante de tous les temps. Participait également à cette cérémonie commémorative Madame Michèle Rivasi, députée de la Drôme, fondatrice de la Commission de Recherche et d’Information Indépendante sur la radioactivité. Ce qui nous valait la présence d’une journaliste de France3 pour une interview.

                On ne peut permettre que soit oublié le sacrifice des 8oo.ooo liquidateurs qui ont lutté pour contenir l’ampleur du désastre, et qui, par centaines de milliers selon les ambassades d’Ukraine et de Russie, l’ont déjà payé de leur santé ou de leur vie.

                31 ans après, le risque est plus grand que jamais de voir la désinformation et le mensonge masquer les conséquences sanitaires de cet accident. Suivra une minute de silence en mémoire de toutes les victimes passées ou à venir.

                Madame la députée a précisé que deux années après cette catastrophe, la « fine fleur » de la médecine française s’est rendue dans les territoires contaminés par l’accident, pour tranquilliser les habitants et inciter à rester sur place. Ceux-ci consommant des produits contaminés se sont empoisonnés à petit feux.

                Avant de se séparer les participants ont déposé une gerbe en hommage aux victimes. 

Raymond ARDISSON

(Photos A.R)

VENCE

Le 20 avril 2019

Le Loto de la Croix Rouge

 

   Samedi, la Salle Falcoz retentit d'une kyrielle de nombres énoncés par Anne Bareste : c'est le loto qui, comme chaque année, réunit un grand nombre d'amateurs. 

   Il faut dire qu'il y a de jolis lots à gagner. L'ambiance est bon-enfant et les bénévoles souriantes toujours présentes.       

France-Hélène La Courge

VENCE

Le 17 avril 2019

Vence au chevet de Notre-Dame !


   Les cloches de la cathédrale de Vence, plus petite cathédrale de France, ont sonné ce mercredi au diapason des cathédrales de la centaine de diocèses de France et même de certaines autres dans le monde dont l'abbaye de Westminster, à 18h50, heure exacte où l'incendie a ravagé Notre-Dame de Paris le lundi 15 avril 2019.


Emmanuèle Le Breton

VENCE

Les 13 et 14 avril 2019

Le Salon de l'automobile du ROTARY

C'est parti pour le 30ème salon de l'auto organisé par le Rotary Club de Vence.

Cette année de nombreux nouveaux modèles avec une forte présence de voitures électriques dont la célèbre Telsa Model X et ses ailes de papillon conçue dans la Silicon Valley.

Du choix, des conseils avisés et un stand de gâteaux vendus par des élèves du collège de la Sine au profit de l'association Vue du Cœur.

Félicitations à tous ses bénévoles et aux exposants.

Marcel Orengo

VENCE

Le 13 avril 2019

Frelons asiatiques à Vence

Les Vençois protègent la biodiversité et se protègent des frelons asiatiques.

 

                Ce samedi 13 avril de 9h30 à 12h30, place du Grand Jardin, l'association L'Écologie Pour Vence a proposé aux Vençois une méthode de réalisation d'un piège à frelons asiatiques.

                Il faut savoir que les reines de cette espèce endémique, qui sévit en France depuis une quinzaine d'années, peuvent être responsables de la naissance de 2000 à 3000 individus, dont 40 à 80% de leur régime alimentaire est composé d'abeilles, déjà lourdement décimées par les pesticides et les parasites.

                Les pièges doivent idéalement être posés à partir du mois de février. Ils sont simples à réaliser soi-même en assemblant, comme nous avons pu l'observer sur le schéma au sein du diaporama joint à cet article, deux bouteilles en plastique. C'est un modèle à plateau (pour éviter la noyade qui polluerait le mélange) avec deux ou trois trous d'entrée - percés avec une pointe métallique chauffée - de 8,5 centimètres (pour les frelons) et de 5,5 centimètres, pour que les abeilles éventuellement trop curieuses puissent en sortir.

                La bouteille doit être remplie sur une hauteur de 10 centimètres avec un mélange de trois tiers égaux de bière, de vin blanc (qui a une fonction de répulsif pour les abeilles) et de sirop de cassis.

                Il ne reste plus qu'à les accrocher à une branche d'arbre ou sur votre terrasse sans avoir d'inquiétude pour nos autres insectes, puisque l'ensemble est conçu pour être sélectif et les épargner. Fait rassurant aussi : votre jardin et votre habitat ne seront plus prisés par les insectes piqueurs, grâce à ce piège. 

Emmanuèle Le Breton - Pillard.

VENCE

Le 12 avril 2019

« La beauté n’a pas d’âge » 

   Ce vendredi avait lieu une exposition de photos intitulée « La Beauté n'a pas d'âge ». Alain Rabot a su magnifier par ses clichés des visages et corps de femmes d'un âge mûr. Son talent réside surtout dans le respect qu'il porte à nos muses, et cet instant qu'il choisit pour déclencher son appareil photo.

  Des yeux, des rires et du bonheur se dégagent de ces portraits assumés par nos aînées... Que du bonheur. La salle (ancien Office du tourisme) semblait trop petite par rapport au nombre d'amateurs venus admirer cette exposition pleine de charme.

   Alain Rabot ne compte pas s'arrêter en si bon chemin ; espérons pour lui que la Municipalité de Vence saura lui tendre la main. À suivre donc, en espérant longue vie à son travail minutieux et si attendrissant.

Damien Courouble

LA GAUDE

Le 7 avril 2019

Rassemblement des confréries Européennes

   Ce dimanche, La Gaude accueillait un rassemblement de confréries venues de France, mais aussi de Belgique et d’Italie. Ces corporations ont pour engagement la défense et la promotion d’un produit du terroir.   La manifestation était organisée par la confrérie de l'Olivado de Provence, présidée par le Grand Maître Gérard Péllégrini.

Cette année, les participants ont été reçus à la Coupole où ils ont pu déguster les nombreuses spécialités apportées par chacun d’entre eux et visiter le musée. Ils se sont ensuite dirigés vers la salle de cinéma, accompagnés par la musique du groupe Lo Cepon. Après les discours de Gérard Pellegrini et de Bruno Bettati, Maire de la Gaude, a eu lieu la cérémonie d’intronisation avec la remise de médailles et de diplômes à plusieurs impétrants dont Monsieur Bettati.

   La cérémonie s'est terminée par un vin d’honneur. Les participants se sont ensuite rejoints au restaurant pour un bon repas.

Isabelle  Seguin

VENCE

Le 6 avril 2019

Un atelier d'impression 3D

 

   Ce samedi 6 avril se tenait, à la Médiathèque de Vence, un atelier d'impression 3D destiné aux jeunes. Une opportunité permettant aux enfants d'obtenir en 3D le fruit de leur travail personnel. Ces jeunes inventeurs en herbe reproduisent des lettrages ou objets en plastique, durs ou mous. Des mousquetons, porte-clefs ou emporte-pièces divers sont déjà devenus une réalité après une étude réalisée sur écran.   La vedette du jour est un poulpe destiné à la réalisation d'un court-métrage, objet articulé bien sûr.  Le but de cet événement est d'accéder à l'information, et de faire apparaître ses rêves dans la réalité. En témoigne l'impression d'une roue de voiture télécommandée pour l'un de ces élèves, ainsi qu'un projet de taille : la création d'un support robotique pour un projet d'animation.

    Véronique Tersou, accompagnée de Luana Saragosa, a œuvré toute l'après-midi pour former la jeunesse à comprendre l'application des technologies 3 D. Ils peuvent ainsi se projeter à partir d'une image en la transformant et la modélisant. Cet atelier original est très utile pour la compréhension de toutes les possibilités offertes par le logiciel de modélisation.

   Les outils proposés dans ce cadre par la Médiathèque de Vence sont également à la disposition des adultes intéressés par la 3D. Par exemple, un funambule a demandé la réalisation d'une pièce pour soutenir ses

cordages. Parlons également de la création de pièces mécaniques nécessaires à la construction des drones. Un coup de chapeau donc à cette initiative polyvalente qui fonctionne à la demande... Du concret pour les jeunes et adultes d'aujourd'hui et de demain.  

Damien Courouble

VENCE

Le 6 avril 2019

ANGÈLE GUERRE

« Monter vers quelque chose ou rien que vers le ciel »

 

                Exposition personnelle de fin de résidence d’artiste, de janvier à mars 2019, grâce au soutien du musée de Vence et de la DRAC. Chapelle des Pénitents Blancs : « dans ce lieu désacralisé, mais toujours vibrant » comme le dit joliment la jeune artiste ANGÈLE GUERRE.

                La présentation des œuvres est réellement pensée par l’artiste, les œuvres encadrées au mur ou la grande installation dans l’espace sont maitrisées, il en résulte « une monstration » élégante et épurée, « sacralisée » par le lieu...

                Ainsi, il nous est donné à contempler : du noir de l'encre le plus intense au blanc lumineux du papier, des matériaux divers, tarlatanes à l’encre de Chine, gris lumineux et parfois éteints des fragments de miroirs en étain.

                Les papiers noirs ou blancs sont travaillés, découpés, triturés, froissés, plissés, incisés, tissés, brodés, éraflés… Il en résulte des formes de feuilles fragmentées, des détails d’ailes, « de fourmillements de traits », des scarifications subtiles dans le corps du papier, Un beau travail « de recherches et de synthèse des séries de ses œuvres précédentes ». Un beau travail personnel, subtil, élégant, qui toutefois ne tombe pas dans l’ornementation. Une œuvre très pensée, conceptuelle, mais qui est dans le « faire » parfois méprisé, l’artiste est dans le concret, dans la matière…

                 ANGÈLE GUERRE parle de son investissement : « Je construis un travail de dessin qui entame la surface ; qu’il s’agisse de gratter derrière un miroir ancien ou d’inciser le papier, l’objectif est de rendre visible une matière et d’en produire un autre espace. C’est une pellicule qui s’effrite, une protection qui s’efface, une peau qui se gonfle et donc, une sensation qui est suggérée. J’interroge la mémoire des textures et du motif, le rythme, la pulsation, la répétition, et laisse ainsi mes compositions se créer par un lent déphasage ».

                Continuons à citer l’artiste qui mieux que quiconque nous aide à entrer dans sa création : « … les outils sont la conséquence de cette lenteur : rot ring, travail à la plume, au feutre de calligraphie, au scalpel. Tous ces instruments impactent le travail par l’exiguïté de leurs empreintes… Tailler, couper dans la masse, piquer, ce sont aussi des gestes de couturière, de relieur ou de boucher, un travail de manutention précis, celui de l’écrivain aussi… ».

            Une révélation, une grande artiste à découvrir, mais aussi à suivre, elle nous réserve des merveilles à venir. Actuellement elle travaille au théâtre sur Le Voyage de Gulliver de Swift avec un quatuor à cordes, elle le met en images grâce à ses dessins filmés et projetés en direct sur la scène.

                ANGÈLE GUERRE est aussi présente au musée de Vence dans le cadre de « LA FORCE DU DESSIN » jusqu’au 26 mai.

        À la Chapelle des Pénitents Blancs jusqu’au 13 avril, visite commentée à 15h le samedi 13 avril. Vous pouvez regarder la vidéo montrant ANGÈLE GUERRE au travail dans la chapelle. Les deux lieux du mardi au samedi de 14h à 18h. 

JOY

VENCE

Le 6 avril 2019

Présentation du programme des nuits du Sud

La place du Grand jardins a accueilli la conférence de presse des Nuits du Sud, en présence de Catherine Le Lan Maire de Vence, Anne Sattonnet Conseillère départementale représentant  Charles-Ange Génésy  Président du département et de nombreux élus.

Le programme de cette 22 ème édition , qui aura lieu du 19 juillet au 2 août a été dévoilé par Théo Saavédra directeur du festival. Des extraits musicaux  ont permis de présenter les artistes qui se produiront lors de la manifestation.  Vous trouverez dans la vidéo les détails du programme. A noter une soirée gratuite Place Clémenceau "Talents des Nuits du Sud" pour découvrir le meilleur de la création régionale. 

Le festival des nuits du sud reste un événement incontournable qui contribue par sa renommée à la notoriété de Vence et cela bien au delà de la région et même de la France. Il est en effet devenu un festival international  reconnu de part le monde et qui, chaque année, attire de plus en plus de festivaliers.

Jean Seguin

VENCE

Le 6 avril 2019

« AUX ORIGINES DE L’ART - L’ART PALÉOLITHIQUE »

 

CONFÉRENCE À LA VILLA ALEXANDRINE par BERTRAND ROUSSEL – DIRECTEUR DU MUSÉE D’ARCHÉOLOGIE DE NICE (TERRA AMATA ET CIMIEZ)

 

                Un ordre de grandeur quasi inimaginable. Nos 2000 et quelques années de civilisation occidentale actuelle font pâle figure. D’emblée, le conférencier nous transporte à des millions d’années en arrière. L’homme de TOUMAÏ au Tchad, c’était il y a 7 millions d’années. LUCY, l’australopithèque, c’était il y a 4 millions d’années. L’HOMO HABILIS, c’était il y a 2,6 millions d’années. À 1,5 million d’années, ce sont les premiers hominidés en Europe. Plus proche, il y a environ 800.000 ans, c’est L’HOMO HEIDELBERGENSIS, dont descendraient les NÉANDERTHALIENS. Puis CROMAGNON. Et l’apparition de l’art ce serait seulement il y a 40.000 ans.

                Quelques noms de grottes que nous ne pouvons ignorer car découvertes relativement récemment, comme la grotte de Lascaux en Dordogne en 1940, la grotte de Ségriès près de Moustier Sainte-Marie en 1950, la grotte Cosquer près de Marseille en 1991, la grotte Chauvet en Ardèche en 1994. Je ne cite ici que des grottes sur le territoire français, mais d’autres lieux de cet art paléolithique ont été découverts en Europe : Espagne (Altamira), Portugal (Côa), Autriche (Willendorf) pour ne citer que ceux-là et également sur d’autres continents, notamment africain.

                L’art paléolithique est un art aux multiples facettes. Pour simplifier, trois formes principales : l’art pariétal situé à l’intérieur des cavernes, relativement homogène et dans un bon état de conservation ; l’art rupestre sur des rochers extérieurs avec peu de traces du fait de son exposition aux intempéries et aux érosions ; et l’art mobilier sur des objets utilitaires.

                Si l’on parle de techniques, schématiquement, on pourrait classer en trois grandes catégories : le dessin, la polychromie – rouge, noir, jaune - bien qu’assez rare, les « outils » d’application comme tampons, pinceaux, aérographes, gravures, tracés digités.

Lire la suite ICI

VENCE

Le 5 avril 2019

INAUGURATION DE LA VOIE DU COLONEL BELTRAME

 

                La Ville de Vence, sur une initiative du Comité Vençois du Souvenir Français, rend hommage au Colonel Arnaud Beltrame en donnant son nom à la voie reliant l'avenue Émile-Hugues au parking des Meillières, proche de la gendarmerie, en présence du sous-préfet représentant le préfet des Alpes-Maritimes, du maire de Vence Catherine Le Lan et ceux de St Paul, St Jeannet Tourrettes-sur-Loup et Bezaudun.

                Étaient présents aussi la vice-présidente du Département Anne Sattonnet et le maire honoraire Christian Iacono. De nombreux représentants du monde des anciens combattants assistaient à cette cérémonie, dont Bernard Joudon président de l’union locale U.F.A.C, et pour le Souvenir Français son président local Jean-Claude Pelou, lequel est le premier à prendre la parole, dont voici un extrait de son allocution.

                « La mission du Souvenir Français est de conserver et transmettre la mémoire de celles et ceux qui sont morts pour la France ou qui l’ont honorée par de belles actions de courage. C’est ce que nous faisons aujourd’hui en rendant hommage au Colonel Beltrame qui a fait preuve le 23 mars 2018, lors de l’attentat de Trèbes, d’un courage rare et d’une témérité exemplaire. Son acte était en cohérence avec sa morale et ses idées chevillées au corps, et qui sont le sens du devoir, l’amour de la patrie et le sens de servir.

                Mort dans l’exercice de ses fonctions, cet Officier Supérieur de la Gendarmerie, formé à ce genre d’intervention, va au bout de son action. À aucun moment il ne doute. Il est persuadé, en prenant la place de l’otage, qu’il va arriver à maîtriser le terroriste.

                Le Colonel Beltrame est tombé en héros, son geste a sauvé une vie, et sans doute bien d’autres. Son héroïsme a fait l’admiration de toute la France, et symbolise bien l’engagement de toutes les forces de sécurité face au terrorisme. Par son courage il nous a tous rendus fiers, il a fait honneur à la Gendarmerie Nationale qui a pour devise SERVIR. »

                Ce sera ensuite à Madame le maire de Vence de prendre la parole en des termes aussi élogieux. Cette plaque qu’elle dévoilera ensuite va s’ajouter aux cent cinquante autres lieux en France qui porteront le nom du colonel, et célèbreront son courage et son esprit de sacrifice.

Raymond Ardisson

VENCE

Le 5 avril 2019

Le film « US »

PROJECTION-RENCONTRE, soirée initiée par la Régie culturelle de Vence

      CARTE BLANCHE à Philip LE ROY au cinéma Casino de Vence et dédicace de son dernier livre : « Dans la maison » paru chez Rageot. Philip Le Roy, écrivain, auteur de thrillers et de scénarii pour Netflix, et Cédric FIORETTI, adjoint au directeur de la Régie culturelle, nous présentent brillamment le deuxième film de Jordan PEELE : « US ».

     Le cinéaste a reçu un Oscar du meilleur scénario pour son premier film « GET OUT ». Cette récompense l’a consacré comme le favori du genre horrifique. D’après les amateurs du film d’horreur, il allie pertinemment la critique sociale et le grand frisson.      Ce deuxième film était très attendu par ses admirateurs, les critiques sont partagées, malgré des qualités esthétiques « US » semble moins réussi que le premier, son message moins lisible…

Un couple et ses deux enfants viennent passer quelques jours dans leur maison de vacances, leur séjour va être pour le moins « perturbé » par des créatures maléfiques leur ressemblant étrangement !!       Allez voir US pour vous faire une opinion personnelle, et si vous aimez les films d’horreur, vous y trouverez sans doute les ficelles du genre. Un beau casting : Lupita Nyong’o - Wiston Duke - Elisabeth Moss - Tim Heidecker - Shahadi Wright Jose… Le message politique de Jordan PEELE, la métaphore d’une société à deux vitesses, ne me semblent pas convaincants. Le public était peu nombreux, le film d’horreur n’attire pas les foules, qui craignent d’avoir peur ; je suis dans ce cas et pourtant je n’ai pas eu peur, j’ai même ressenti un effet comique à la succession d’images se voulant horrifiques ! Même pas peur !

          Philip LE ROY a très volontiers dédicacé son ouvrage « Dans la maison » (Édition Rageot, 15 euros) aux lecteurs vençois qui le suivent.

          Projection-Rencontre, une bonne initiative, à quand la prochaine ?                      JOY

VENCE

Le 5 avril 2019

"La Force du dessin"

Comme nous l'avions relaté dans nos colonnes, le 16 mars a eu lieu le vernissage de l’Exposition « LA FORCE DU DESSIN » par madame le Maire, très entourée. Elle a dit tout le plaisir qu’elle avait à présenter cette nouvelle exposition.

Elle qualifie le dessin comme étant « un art fragile et intime qui s’impose sur la scène de l’art contemporain ». La visite de l’exposition offre au regard une belle diversité : Bernard Moninot, dont le dessin « Cadastre N° 19 », orne le recto de l’invitation au vernissage, alors que le verso montre un détail d’une réalisation d’Angèle Guerre sous le titre « Souples, un souffle ». 

Nous avons tenu à vous présenter dans cette vidéo quelques œuvres de cette exposition.

Oppidium.gif

VENCE

Le 4 avril 2019

CONFÉRENCE À LA SALLE DES MEULES PAR L’OISEAU-LYRE

« LES GAULOIS EN PROVENCE – UNE CELTIQUE MÉDITERRANÉNNE »

 

                Reportons-nous des siècles en arrière, et même avant notre ère. Essayons d’imaginer les « tribus » qui peuplent la Provence d’alors : les Ségobriges, les Salyens, les Voconces, les Cavarès, les Voques, sans oublier les Ligures, en sachant que toutes ces peuplades ne s’entendent pas entre elles, ou font parfois des alliances entre elles pour en vaincre une autre. N’ayons pas peur de le dire, elles s’épuisent dans des rivalités violentes, elles se conduisent comme des barbares et c’est la loi du plus fort qui prévaut. Villages incendiés, pillages, brigandages, prélèvement des têtes des combattants comme trophées sont la norme. Tout cela bien sûr pour avoir un avantage économique.

                La colonie grecque de Marseille, lassée des incursions continuelles des peuplades gauloises sur son territoire prospère, va appeler en renfort les Romains. Ceux-ci vont battre la dernière tribu gauloise en 123 avant notre ère, à Entremont. Désormais les valeurs gréco-romaines vont prédominer jusqu’à former la Gaule transalpine, qui deviendra la Narbonnaise.

          La conférencière, Marie-Claude MELLIES, Historienne de l’Art et des Religions, n’a pas manqué d’évoquer tous les aspects de la civilisation de cette époque pour en montrer la richesse et la diversité : pas de gaulois sous des huttes, mais des villages tirés au cordeau, protégés par des enceintes et des tours, des espaces dédiés à la famille, d’autres aux activités, notamment à l’huilerie. L’art n’est pas absent non plus et la statuaire est importante : celle des chefs, des héros, de l’aristocratie. Au fur et à mesure, l’archéologie livre des informations.

          Conférence très riche d’une conférencière bien connue des adhérents de L’Oiseau-Lyre, présidée par Madame GEORGOPOULOS, puisqu’aujourd’hui c’est sa vingt-troisième intervention. 

Danielle Vallée

VENCE

Le 3 avril 2019

Portes ouvertes au Lycée Matisse

Les élèves des sections STD2A soient « Arts Appliqués » du Lycée Matisse reçoivent parents et visiteurs avec sourire et bienveillance. Ils ne sont pas avares d'explication et pilotent les curieux dans les trois classes réservées à l'exposition de leurs œuvres .

Le professeur Gilles Vernus et ses collègues accueillent le monde avec diligence, compétence et imagination.

Chaque année, c'est un régal pour les yeux.       

France-Hélène La Courge

VIM

vence-info-mag

Copyright : VENCE-INFO-MAG 2015

 

DSC00045