ACTUALITE JUILLET

VENCE

6 juillet 2019

LECTURE LIRE A VENCE À LA CHAPELLE DES PENITENTS BLANCS

 

Dans le cadre de la manifestation « Le Marathon du film 2019 », les lecteurs de l’association « Lire à Vence » nous ont donné à entendre des textes en prose et des poèmes tirés du livre « L’ARBRE PHILOSOPHE », préface de Pierre RABHI.

 

LUCIANO MELIS, poète et éditeur, a réuni dans cet ouvrage nombre de passages, de proverbes et de citations d’œuvres littéraires sur le thème de l’arbre, ou plus généralement de la nature.

 

Danielle Vallée, Jean-Sylvain Cabot, Claude Joyard, ont lu devant un grand écran où se succédaient les remarquables photos de LISA DEL SOL, illustrant au plus près les lectures.

 

Ainsi se sont succédées les œuvres de : Pierre Rabhi, Nicolas de Staël, Gustave Flaubert, Sylvain Tesson, Marcel Proust, Antoine de Saint-Exupéry, Jean Giono, Guillaume Apollinaire, Christian Bobin, Pierre Louÿs, Alphonse Karr, Robert Desnos, Sitting Bull, Nichita Stànescu, Rabindranah Tagore, Vincent Van Gogh, Jean d’Arvor, René Guy Cadou, Guy de Maupassant, Maurice Carème, André Verdet, des proverbes chinois - persan - sioux - soudanais, Jean Orizet, Friedrich Nietzsche, Julien Gracq, Arthur Rimbaud, Stendahl, Gaston Bachelard.

 

Malgré l’heure : 22h, nombre de spectateurs sont venus entendre cet admirable et délectable florilège littéraire qui nous invite aussi à prendre conscience de ce que nous pourrions perdre avec les atteintes à l’environnement… L’arbre « est dans l’air », sa beauté, ses bienfaits et sa sauvegarde interrogent de nombreuses manifestations écologiques et culturelles. Mais le fait de s’y intéresser autant signifie qu’il est en danger partout dans le monde, espérons que l’accent mis enfin sur sa conservation lui sera bénéfique.

 

Cette édition du MARATHON DU FILM 2019 a été menée de main de maître par Frédéric LAMASSE et toute son équipe, avec l’aide de la ville de Vence, le cinéma Casino, et plusieurs associations.

 

Pour en savoir plus : marathon du film.fr.    ART SEPT Atelier Cinéma.

 

AIMONS LES ARBRES RANGEONS LES TRONÇONNEUSES

JOY

VENCE

Le 28 juillet 2019

Haruka Takikawa et Dorian Rambaud

 

Comme chaque dimanche matin en cette période estivale, les Établissements E. Leclerc accueillent l'Association Syrinx pour des concerts de musique en tout genre, gratuits.

 

Ce dimanche 28 juillet, le public toujours plus nombreux a pu se réjouir du retour du jeune vençois Dorian Rambaud qui a commencé ses études de violon au conservatoire de Vence, avec Sylvie Gaglio.

 Dorian, 21 ans, poursuit avec succès ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, et est venu aujourd'hui avec Mademoiselle Haruka Takikawa, jeune violoncelliste de 25 ans, diplômée du même CNSM de Paris.

Leur duo a bercé les auditeurs avec des duetti de Beethoven, Hayden et autres compositeurs classiques et romantiques.

 

Dorian et Haruka se produisent désormais régulièrement de Paris à Cannes, sillonnant les routes en trio, leur compagnon pianiste n'ayant pu se joindre à eux aujourd'hui.

 

Nous leur souhaitons un très bel avenir musical, et de bientôt revenir sur Vence !

Vence

Juillet 2019

Rencontre avec l’artiste Sheila Reid

Sheila Reid habite et travaille à Vence depuis plus de trente ans. Elle est américaine et a débuté son parcours artis-tique ailleurs qu’en France. Elle raconte que les gens ont commencé à la traiter en artiste lorsqu’elle avait neuf ans et qu’elle dessinait les membres de sa famille d’une manière reconnaissable, quoique sous forme d’animaux : « Je pense que ma mère a due savoir très tôt que je serais une artiste puisque aussi loin que je puis me rappeler elle me donnait des tubes de peinture, des pinceaux et tout ce qui pouvait stimuler mon imagination et satisfaire mon obsession de dessiner et de peindre ».

Plus tard elle se présente au concours de l’Université de Detroit dans la section artistique, et a la surprise de se voir sélectionnée. Le talent est-il l’élément le plus important pour être un bon artiste ?

« Le courage de faire des choses que les gens ne comprennent pas est absolument nécessaire et il m’a fallu du temps et l’aide d’un professeur talentueux pour apprendre à croire en moi et à obéir à ce que je voyais en imagination. En 1972 je quitte les États-Unis pour me rendre à Milan, j’y passe quelques années à faire mes premières peintures en relief, apprendre à me laisser aller à l’art innovant que je sentais poindre en moi. Cela me prit du temps mais j’appris à fermer les yeux, à tourner mes regards vers l’intérieur et à faire confiance à ce que j’y voyais ».

3 œuvres de Sheila Reid


« Sollar Patterns : La première grande structure que j'ai construite a été en 1980 Sollar Patterns pour un spectacle au Musée du Luxembourg à Paris.

Soft Patterns est une expression pure et sans ornement qui est très intense en raison des motifs répétés. Ils ont été exposés dans de nombreux musées dont le musée Gulbenkian à Lisbonne, le musée des Beaux-arts de l’Utah à Salt Lake city, celui du Luxembourg à Paris et beaucoup d’autres. Mais mon préféré est le musée Fyns Kunst au Danemark où ces panneaux ont été suspendus comme s’ils volaient.

Thirteen triangles : les mystiques disent que les réponses à toutes nos questions nous apparaissent sous forme de symboles. Les triangles sont ma reconnaissance à l’intérieur de quelque chose venu de mon subconscient. Après des années à utiliser ces signes comme modèles, ils se sont détachés de moi et ont commencé à assumer leur propre identité, et à agir en symbole. À l'intérieur des triangles, ils ressemblent à une incantation ou un message codé. »

Vence

Le 24 JUILLET 2019

SPECTACLE À LA SALLE DES MEULES

 

                Avant le spectacle, nous avons eu la présentation par Madame Temmam, Conseillère municipale de la ville de Vence, chargée du Rayonnement culturel et des Relations Internationales, qui a eu une délicate pensée pour Rita Gombrowicz, laquelle, souffrante, ne pouvait être présente pour l’hommage rendu à son mari, à l’instigation de Tomasz Tyczynski, Directeur du Musée de Wsola et du Musée de Littérature. Beaucoup de personnes ont œuvré pour que ce spectacle hommage ait lieu, Polonais et Français : le Consul Général de Pologne à Lyon, le Ministre de la Culture et du Patrimoine polonais à l’étranger, l’Espace Muséal Gombrowicz cofinancé par le ministère de la Culture et du Patrimoine national de la République de Pologne et l’interprète.

                Il est juste de présenter Andrzej Seweryn, au si riche parcours, qui a si bien su nous plonger pendant presque une heure trente dans l’univers de Witold Gombrowicz, et pour cela j’emprunte quelques passages au dépliant écrit à l’occasion de sa venue à Vence :

                « Tout comme l’auteur de « Ferdydurke », Andrzej Seweryn compte dans sa biographie artistique une étape française. Ce comédien, acteur de cinéma, metteur-en-scène et, à présent, directeur du Théâtre Polski à Varsovie, a joué sous la direction des plus grands cinéastes et metteurs-en-scène polonais. Ses succès internationaux, notamment en France, revêtent une immense importance.

Lire la suite ICI

VENCE

Le 24 juillet 2019

Accueil en mairie des Anglais du Comité de jumelage avec Stamford

 

                Catherine Le Lan, maire de Vence, accueille la délégation anglaise du Comité de jumelage Vence-Stamford présidée par John Polkinghorne, accompagné de Harrish Bisnauthsing, représentant le maire de Stamford.

                Après les traditionnels discours d’usage, les « nice to meet you », visiteurs anglais et hôtes vençois se retrouvent autour d’un buffet concocté par les membres du comité français, dans la joie et la bonne humeur.

                Le programme des six jours du séjour est bien chargé et prévoit, entre autres, une visite guidée de la cathédrale de Vence, de la statuaire en bois polychrome (unique en France, datant du XVIIème siècle), et de ses « trésors » : les chasubles, les paperolles…

                Le retour à Stamford est prévu pour le mardi 30 juillet, le temps de faire le plein de beaux souvenirs de la Côte d’azur et de la cité vençoise ; puis à leur tour, l’an prochain, les Vençois iront à Stamford, un cycle qui perdure depuis de nombreuses années ! 

Marcel Orengo

VENCE

Le 21 juillet 2019

LEILA CHAIX UNE JEUNE ARTISTE PROMETTEUSE

 

Enthousiaste et spontanée, LEILA CHAIX nous présente son travail à LA LIBRAIRIE-GALERIE LA BASSE FONTAINE.

 

Après sa scolarité au Lycée Matisse de Vence, elle a intégré l’Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Elle travaille désormais en free lance en édition, graphisme et illustration.

 Ses ouvrages, livres, carnets, revues, forment un ensemble foisonnant et intimiste où se mêlent écritures empruntées ou personnelles, images, graphismes, photos retravaillées prises avec son téléphone portable, 

photos de famille,  nous reconnaissons au fil des pages, une de ses grand-mères, sa maman. Couvertures de livres, dessins d’enfants, reproductions d’art connues, textes personnels ou récupérés sur internet : voir les carnets scannés, ainsi « La grosse mignonne » …

 

Ses textes, chroniques, illustrations et photos  contemporaines ou empruntées au classicisme, sont exploités en pratique « comme une journaliste, sortir du digital et aller vers une expression très personnelle».

 

Elle créée des passerelles entre les genres, elle interpelle le lecteur, le spectateur, « le regardeur ». Elle dit : « Les images sont les objets d’une pensée en train de se faire, qui dessine et imprime en même temps que je le fais, il y a çà ».

 

Elle construit avec ses chroniques et ses images une sorte de narration « surréaliste », autobiographique, décorative, d’une grande délicatesse graphique. Ses images ne manquent pas de nous surprendre.

 

Un livre grand format créé en collaboration avec une relieuse, en 2017,  nous montre un ensemble de monotypes « abstraits », traces de multiples plaques de gravures, il en résulte des pages de nuances de gris aux noirs subtils : « Le monotype tel que je l’ai pratiqué m’a donné à regarder plus précisément ce qui fait trace ».

Une eau-forte plus classique, représentant un arbre, témoigne de son apprentissage des techniques de l’estampe. Un tableau figuratif montre ses recherches sur divers supports et surfaces dans l’espace.

 

Sortie des Arts Décoratifs depuis deux ans, elle s’emploie à rechercher des expositions, des collaborations collectives, des résidences d’artiste …

Elle souhaite travailler avec un jeune public, transmettre ce qu’elle a appris. Elle parle avec reconnaissance de ses professeurs du Lycée Matisse de Vence. 

LEILA CHAIX nous fait l’honneur de découvrir son travail dans la ville où elle a grandit, ce samedi 20 juillet et au-delà.

Quatre numéros de sa revue «  Auto drone » sont d’ores et déjà consultables à  la galerie La Basse Fontaine qui suivra les parutions à venir.

 

LEILA CHAIX  est une jeune femme qui exprime ses interrogations quant à  sa réflexion et sa  pratique d’artiste prometteuse. Positive et dans l’altérité, elle veut  rendre en quelque sorte, ce dont elle a bénéficié durant ses années d’études à Vence et à Paris. Bien dans son époque, elle bâtit une oeuvre originale qui sait utiliser les codes, les images,  les préoccupations et les marqueurs culturels contemporains.

 

Elle est une excellente médiatrice, ce que l’on demande aux artistes d’aujourd’hui, donner un retour de l’art vers les divers publics. A quand une résidence d’artiste dans notre cité des Arts ?

 JOY

Galerie-Librairie La Basse Fontaine, place Anthony Mars à Vence  

04 93 5! 30 82

Tourrettes-sur-Loup

Le 20 juillet 2019

Fête patronale de Ste Marie-Madeleine

 

            Quatre jours de liesse : messe, concert, repas dansant, concours de boules, loto, jeux pour enfants, la fête ne se termine que mardi.

            Nous nous sommes rendus ce samedi 20 juillet à la traditionnelle soirée aïoli à Tourrettes-sur-loup. Dès la sortie du parking, une navette nous conduit sur les hauteurs du village dans le joli cadre de la Bastide aux Violettes où, après le discours du maire Damien Bagaria, un apéritif d’honneur nous est offert en prélude à l’excellente soirée que nous allons passer. Vers 20 heures retour sur la place du village où sont installées les tentes et les tables.

            Deuxième apéritif donc, cocktail à base de champagne et vin d’orange de production locale accompagnés de pissaladière, beignets de fleurs de courgette, pizza et autres. Et enfin le traditionnel aïoli avec morue et légumes. Notons au passage que ce plat est servi depuis plus de trente ans chaque année à cette occasion, et qu’il était parfaitement réussi ! Vins rouge et rosé à discrétion et tartes au dessert, suivi d’un café.

            C’est au tour de l’orchestre JK Music, qui prend le relais et va nous faire danser non pas jusqu’au bout de la nuit mais plus sagement jusqu’à minuit.

            Je me souviens être venu il y a très longtemps avec quelques jeunes amis vençois et estivants au même bal pour la fête patronale de Tourrettes. Il y avait un concours de danse avec des prix et le public était essentiellement composé de jeunes, voire très jeunes. Samedi soir, à par un jeune couple de Suédois, nos voisins de table, ce n’était pas le cas. Les habitudes changent. Les temps aussi.

Raymond Ardisson

Photos : Emmanuèle Le Breton-Pillard

VENCE

Le 20 juillet 2019

Les samedis de juillet sur la place du grand jardin

            Des hôtesses venues de la Médiathèque, Nathalie et Annabelle, font une démonstration de lithographie, cette méthode qui permet la reproduction, d’une manière très simple, de dessins ou de textes. Après la démonstration, les enfants ou leurs parents peuvent manier le stencil et repartir avec leurs œuvres.

            Cette animation a beaucoup de succès, c’est l’une des méthodes utilisées pour reproduire les illustrations dans le journal de l’École Freinet « Les pionniers ». La médiathèque, qui porte maintenant son nom et celui de son épouse, est devenue une sorte de succursale de l’école du Pioulier, avec son important fonds Freinet, des conférences et des animations régulièrement organisées comme celle-ci. 

Raymond Ardisson

GATTIERES

Les 17, 18, 20 et 23 juillet 2019

LA PERICHOLE de Jacques OFFENBACH

                Pour ses 31 ans d’opéra, l’association « Opus Opéra » et sa présidente, Élisabeth Blanc, ont mis la barre haute avec une Périchole - mise en scène par Guy Bonfiglio - particulièrement moderne et énergique comme ont pu le découvrir avec plaisir les spectateurs de la Générale.

                Marie Kalinine, La Périchole, Xavier Flabat, Piquillo, et Guy Bonfiglio, Don Andres, entourés d’une pléiade d’artistes et musiciens ont, durant les trois actes, emporté le public à Cuba vivre une aventure amoureuse conçue par Jacques Offenbach.

Un spectacle au cœur du village de Gattières à découvrir sans hésitation.

Marcel Orengo

 

Pour réserver en ligne : https://www.opus-opera.com/reservation

VENCE 

Le 12 juillet 2019

Exposition de peintures et sculptures à la Basse-Fontaine

 

Vernissage des œuvres de Johanna VAN DER GOTHE

 

                Vendredi dernier, en fin d'après-midi, a eu lieu le vernissage de la belle exposition d’une quarantaine d’œuvres de Johanna Van Der Gothe, artiste d'origine belge.

                Johanna a suivi plusieurs étapes de formation avant d'embrasser une carrière solo. Après avoir fait l’École Saint-Luc pour filles à Bruxelles, puis l’Académie du Soir dans la capitale belge, l’École Supérieure d'Art et d'Architecture de Lacambre, elle s’est inspirée de Paul Delvaux, un peintre surréaliste qui l’a beaucoup influencée dans la création de ses peintures, avec pour fil conducteur « L’Humanisme ».

                Johanna avait tout d’abord commencé à présenter des poupées en tissu, des jouets en bois, notamment à Paris où l'éditeur Delpire a exposé près de cinq cents de ses pièces prénommées « Poupées de bonne humeur ».

                Enfin, un apéritif dinatoire convivial fut offert aux visiteurs. 

Damien COUROUBLE

VENCE

Le 7 juillet 2019

Le dernier amant, une pièce de Michelle Bottaro

 

                Yann Andrea Steiner, interprété par Elliot Trotereau, est, comme il le dit lui-même dans la pièce « Le Dernier Amant », l’homme à tout faire, à tout supporter, à tout entendre de Marguerite Duras, interprétée par Michelle Bottaro.

                La pièce plonge le spectateur dans la vie intime et mouvementée de l’auteure déjà âgée, avec son jeune admirateur Yann.

                Une pièce prétexte pour découvrir la vie de Margot, ses amours, ses aventures, ses obsessions.

Marcel Orengo

SAINT-JEANNET

Les 6 et 7 juillet 2019

Bourse d’échanges multi—collections et vide-greniers

 

Ce week-end le complexe sportif de Saint-Jeannet accueillait la deuxième Bourse d’échanges multi-collections, organisée par l’association CAP des Baous et le club niçois VINTAGE 06 avec l’aide de la municipalité et du Conseil départemental. Cette année, l’évènement s’accompagnait d’un vide-greniers.
La manifestation rassemblait, sous la Halle des sports, de nombreux stands de collectionneurs passionnés présentant avec enthousiasme leurs trésors :  capsules, fèves, timbres, trains et voitures miniatures, figurines de cyclistes peintes à la main… Parallèlement, les abords du stade étaient occupés par les étalages des particuliers venus vendre toutes sortes d’objets. Deux buvettes proposant aux visiteurs de quoi se rassasier et se désaltérer, complétaient l’offre de ce week-end convivial.

Nul doute que les amateurs éclairés, les chineurs mais aussi les curieux de passage, auront apprécié ces deux jours de festivités !

Isabelle Seguin

VENCE

Le 5 juillet 2019

Les 40 ans de la fête à la Conque

Richard Cairaschi, comédien-chanteur-humoriste niçois, était là il y a 40 ans avec son ami Yves Rousguisto. Il est encore là 40 ans plus tard et en parle non sans une certaine émotion avant d’entamer son histoire de cougourdon, fruit indispensable pour la fabrication de l’instrument de musique nommé « pétadou »… Tout un programme ! « Mais la courge c’est bon, le cougourdon… non ! ».

 

Au son de la musique entrainante les danseurs sont présents, certains n’étaient pas nés lors de la première fête, d’autres s’en rappellent encore. Car la Fête de La Conque est, probablement, la fête des Vençois. Chaque année ils retrouvent des connaissances, de la famille… et ce sont de longues embrassades et des pastrouils bien de chez nous. C’est un moment carpe diem, on oublie les soucis d’hier et, peut-être, ceux de demain. Ce soir on vit, on fait la fête !

 

Que la Fête dure longtemps encore : lungo maï !

Marcel Orengo

TOURRETTES

Le 5 juillet 2019

Apér’opéra « Florilège d’Offenbach »

 

Comme le constate Monsieur de Couac en l’air, alias Pascal Terrien, le public vient plus nombreux chaque année Place de la Mairie assister à ce moment si intime et si convivial avec les artistes. Cette année ce sont trois chanteurs, Vanessa Fouillet (soprano), Jessy Delsarte (mrzzo) et Gilles San Juan (ténor), accompagnés au piano par Catherine Gamberoni avec, bien entendu, l’animateur-chanteur Pascal Terrien.

Le spectacle commence par quelques plaisanteries de monsieur de Couac en l’air et les chanteurs entrent en scène – c’est-à-dire devant la fontaine de la place – les uns après les autres pour terminer dans un final « offenbachien » après avoir fait chanter au public, fort consentant, « L'Amour est un bouquet de violettes » de Francis Lopez, hommage à la cité des violettes et, pour l’anniversaire de Vanessa Fouillet, ce jour-même, « Joyeux anniversaire ».

Encore une belle soirée proposée par Opus Opéra de Gattières qui, cette année, propose La Périchole de Jacques Offenbach les 17, 18, 20 et 23 juillet place Grimaldi.

Marcel Orengo

VENCE

Le 5 juillet 2019

Danielle Vallée quitte Vence

 

                Notre amie Danielle Vallée quitte Vence pour s'installer dans le Limousin. Sa maison, qui avait appartenu au Colonel Méyère, lequel en avait fait don à la ville, va être détruite comme « l'hôtel du Parc » voisin pour laisser la place aux futurs aménagements du quartier.

                Notre ville était devenue sa ville, passionnée par toutes les manifestations organisées chez nous et s'essayant à n'en manquer aucune, elle participait aussi comme journaliste au journal virtuel « Vence Info Mag ».

                Vendredi dernier était organisée dans son jardin, à l'ombre d'un tilleul plus que centenaire, une soirée où étaient invités ses amis. Avec des poésies, de la musique, des lectures, des préparations culinaires et des boissons fraîches. Une soirée d'exception teintée d'un peu de mélancolie, encore que son départ n'est prévu qu'en septembre. Départ qu'elle définit comme celui « propice à de nouvelles aventures et de nouvelles rencontres ».

Raymond Ardisson

VENCE

Le 5 juillet 2019

Soirée des présidents à la villa Berthe

 

                Vendredi 5 juillet se tenait - villa Berthe avenue des Alliés - la première réunion destinée à accueillir les présidents d'associations de la ville. Une initiative inédite de l'écrivaine Angie Lollia.

                Dès l'entrée chacun était invité à déposer un ou plusieurs documents concernant l'association qu'il préside, et joindre sa carte de visite, ce qui a donné lieu par tirage au sort en fin de soirée à une tombola.

                Vence compte largement plus de cent associations, leurs présidents n'étaient pas tous au rendez-vous, il s'en faut, mais tout de même une trentaine, ce qui pour une première est encourageant. De plus, en cette fin d'après-midi nous avons bénéficié d'un petit vent frais bienvenu dans ce joli jardin d'une maison dite « des associations », lesquelles n'en profitent guère semble-t-il.

                Notre maire s'est jointe à nous pour le traditionnel champagne assorti d'un copieux buffet, félicitant la charmante Angie pour son initiative, et notant aussi l'importance de ces associations dans notre ville, et tout ce que ce mot sous-entend d'entraide et de partage.

                Trois heures bien agréables donc, même si la tombola ne m'a pas été favorable… 

Raymond Ardisson

Photos Angie Lollia

VENCE

Le 4 juillet 2019

Les Tréteaux de Vence

Première représentation Tante Olga une pièce de Michel Heim 

VENCE

Le 4 juillet 2019

Vernissage de l’Artothèque pour deux artistes

 

Jeudi 4 juillet, deux artistes ont exposé leurs œuvres très originales. Priorité à la gent féminine, et donc à Marie-France VIDAL qui peint depuis vingt ans et sculpte des œufs tout droit sortis de son imaginaire, poussant même sont Art à l'extrême avec une composition de fausse ferraille (du carton) ressemblant à un César de 10 grammes.

D'origine niçoise, et après 20 ans passés à Paris, son retour dans notre belle région fut synonyme de déclencheur pour sa vie artistique. Marie-France Vidal, faut-il le rappeler, a exposé un peu partout dans notre région, et depuis 10 ans sa matière première la plus noble se retrouve à portée de main (bois flotté, morceaux de fer et autres objets qui entrent dans sa perception du volume).

Le trait commun avec le peintre Jean-Jacques NADAL et Marie-France demeure leur arrivée ou retour sur la Côte d'Azur. Issu de Toulouse, Jean-Jacques explique combien les lumières de notre région et la mer l'ont boosté vers la peinture. Après quelques études à la « Villa Thiole » de Nice (une école d'Art), il totalise une dizaine d'années d'expérience en la matière. Et au cours de cette soirée, il expliquera combien il travaille beaucoup le geste, la couleur et la ligne. Un buffet dinatoire s'ensuivit avec les nombreux convives.

Damien Courouble

VENCE

Lr 3 juillet 2019

?

Que les protecteurs du frêne  - et ils sont très nombreux - se rassurent, cette affiche est le thème principal du tournage d'un film dans le cadre du "Marathon du film".

L'histoire commence par l'apposition de celle-ci sur l'arbre pluricentenaire pour se terminer... Mais ça vous le découvrirez le samedi 6 juillet à 19h au cinéma Casino de Vence avec les autres films tournés dans la même manifestation.

Frêne.gif

SAINT JEANNET

Le 2 juillet 2019

2éme Bourse d'échanges multi-collections et vide grenier

                                                                                                  Déroulement

                                   

190406-07.gif

VIM

vence-info-mag

Copyright : VENCE-INFO-MAG 2015

 

Read - Read 01