VE_Café_des_Aidants_de_l-1.gif

* PERMANENCE de l'Association UNAFAM / VENCE 

( Union Nationale de Familles ou Amis de personnes Malades et/ou Handicapés Psychiques )

ATTENTION NOUVEAUX HORAIRES ! 

Permanence ou sur RDV

 De 14 h à 16 h 30

 au CCAS de Vence (Centre Communal d'Action Sociale )

 67 Avenue Emile Hugues 

TEL : 06 25 47 08 39

  Site : www.unafam.org  

L'Unafam ( Association Nationale de familles et Amis de personnes Malades et /ou Handicapées Psychiques )

propose un Groupe de Parole

► Le but du groupe de parole,c'est de proposer une fois par mois un lieu d'échanges,d'écoute et de soutien pour les personnes ( familles et amis ) vivant avec un malade souffrant de troubles psychiques .

► le Mercredi 27 avril à 18 h à la maison de Retraite la Vençoise en présence d'une Psychologue Clinicienne

 Salle de réunion 1er Niveau

 14 rue Saint Michel 06140 à Vence

 

 Renseignements et inscription : 0625470839

 ou catherine.rontani@wanaoo.fr

La Parole aux familles et troubles Psychiques

Des témoignages issus du livre bleu de l'Unafam

L'apparition de la Maladie / Choc et Incompréhension

 

" Au départ ,face à la brutalité de l'irruption des troubles, on ne comprend pas ce qui arrive.Surtout que,dans notre cas, le démarrage a été fulgurant.

C'est l'effroi. Je compare l'entrée dans la maladie à une attaque, ou un traumatisme crânien. Notre enfant a été fauché par la vie comme par un accident de la route.

D'un seul coup tout s'effondre et après, il faut des années pour,peut-être, se reconstruire..."

Christine, mère

 

 

" Quel choc pour des proches pas préparés ! J'étais à mille lieues de tout cela. Je l'ai vraiment vécu comme un coup de tonnerre dans un ciel serein : ma fille était belle, intelligente, ouvert, très intégrée, tout lui réussissait ..."

Jocelyne, mère

 

Toute la famille concernée / Un retentissement déstabilisant

 

" Quand on parle de cette maladie, on oublie le principal : la famille.

On est le trait d'union, entre leur monde et le monde,entre eux et les gens dits ordinaires.

Nous sommes aux premières loges, c'est souvent nous qui découvrons que quelque chose ne tourne pas rond "

Charlène, mère

 

"Avant que nous, ses parents, ayons eu connaissance du mal psychique dont notre fils de trente huit ans est atteint, que de déchirements entre nous ! "

Bernard, père

 

" On attend tous que quelque chose arrive en espérant que rien n'arrive "

Marie, soeur

 

Le regard des autres / une barrière au vivre ensemble


" Mon problème est de me faire accepter quand je prend le bus, j'entends des rélexions sur moi. J'ai horreur de prendre les transports, c'est la peur du regard des autres. Je me sens vite visé même si ce n'est pas le cas" 

Driss

 

" Au contraire, il faut relever les épaules, avec dignité.La maladie psychique n'est pas honteuse, nous n'en sommes pas responsables.Toutes ces difficultés, on n'en entend pas parler ailleurs, juste entre nous.Il faut faire connaître cette réalité .Dès que l'on prononce le mot, tout le monde a peur. Les gens n'y connaissent rien .

Il faut démystifier la maladie ".

Jocelyne, mère

 

Parcours de soin / le combat contre le déni de la maladie

 

" Mon fils est dans un état de déni absolu, de sorte qu'il ne peut pas se rendre de son plein gré dans le cabinet d'un médecin psychiatre, et même tout juste d'un généraliste.

Les psychiatres me répondent que ma demande de soins pour lui ne peut pas être prise en compte, car mon fils doit venir consulter de lui même, démarche, je le répète, que mon fils est totalement incapable d'accepter ni de faire seul.Sa maladie s'est de ce fait chronicisée."

Pascalline, mère

 

" Depuis quatre ans notre fils est suvi régulièrement en psychiatrie par le CMP et il a participé à des groupes de parole proposés par le GEM de sa ville, ce qu'il l'a amené progressivement à ne plus toucher au cannabis et à envisager sa vie autrement "

Bernard, père

 

Des stratégies pour vivre avec : s'informer, se former et agir

 

" Il est  important que la parole circule autour de la maladie psychique, on se rend pas compte à quel point il est bénéfique de parler autour de cette maladie. "

Didier,père

 

" Beaucoup de familles,comme moi au début,ne s'expriment pas,car ells sont en trop grande souffrance.J'ai longtemps accepté mon sort comme une fatalité,maintenant,je fais mon possible pour construire."Joseph,père

 

" Je suis déjà inquiet,anxieux,par nature.J'ai besoin de savoir pour anticiper,Grâce à cette association de familles,j'ai trouvé de l'information.Et puis j'ai rencontré d'autres gens,qui m'aident à relativiser.Les autres ont des problèmes de même nature: ça donne des forces,pour continuer le chemin."

Mathieu,père

VIM

vence-info-mag

Copyright : VENCE-INFO-MAG 2015