ACTUALITE OCTOBRE

VENCE

Le 29 octbre 2017

"Les Barjots" de Jean-Marie Rami

                La salle paroissiale était pleine. Avant le spectacle, avec sa bonne humeur habituelle, Patrick Rougeot – accompagné d’un joueur de galoubet et tambourin – a enchaîné quelques airs  qui réjouissent  toujours le cœur.

                Les 3 coups martelés au sol et l’extinction des lumières annoncent l’ouverture du rideau,  sur un fond sonore de grondement de la terre. Des personnages très agités : normal pour des « patients » d’un hôpital psychiatrique, et qui décident d’incarner un rôle, celui dont ils rêvent. On va ainsi trouver Pierre Castelain en député, une Marianne en la personne de Anne Le Roi, Christian Piana en ministre de la Culture muet, Philippe Vidal joue le rôle d’un militaire élevé au grade de caporal, et Yveline Rainaut dans le rôle du Docteur. Et même un double rôle, assumé : péripatéticienne et Julie Béraud interprète la Justice.

                Pas de temps mort, deux par deux, ils passent et repassent, les réparties fusent, font rire, en référence à des comportements connus, et les situations difficiles sont toujours sauvées par l’apparition du Muet jouant de la flûte. Costumes et décors, son et éclairage concourent au succès de cette comédie où l’on reconnaît le talent de Jean-Marie Rami, l’auteur et le metteur en scène. À la technique et au son : Daniel Frénéat et Barthélémy Clérico.

                Après les applaudissements, auteur, acteurs, techniciens et spectateurs se retrouvent autour d’un « pot de l’amitié », pour un échange très convivial.

Danielle VALLÉE

[Images : Jean Seguin et Marcel Orengo]

VENCE

Le 28 octobre 2017

LES FUGUEUSES

 

                À l’affiche, au Théâtre de l’Avant-Scène, une pièce  de Pierre PALMADE et Christophe DUTHURON en ce samedi 28 Octobre. Est-ce l’horaire de 16 heures, est-ce le beau temps d’été indien, qui ont empêché les spectateurs de venir ? Nous étions moins d’une dizaine ! Pourtant, quelle belle performance des deux comédiennes : Danielle PUGNALE dans le rôle de Claude et Myriam GRELARD dans celui de Margot, tour à tour drôles, révoltées, attendrissantes.

                Le titre donne le sujet : LES FUGUEUSES. La première sur scène, MARGOT, femme dans la quarantaine, fuit son égoïste famille, tandis que CLAUDE fuit la maison de retraite et sa déprimante ambiance, où rien ne lui plaît et où tout y est moche !

                Les premiers échanges verbaux ne sont certes pas cordiaux, chacune voulant démontrer qu’elle a plus de raisons que l’autre de faire du « stop », en bordure de nationale, en pleine nuit.

                Le rythme est enlevé : les décors changent très vite, les situations aussi. Une mention « bien » au metteur en scène François Carcosky, qui a choisi de faire de courtes séquences et qui intervient avec célérité à chaque fin d’acte pour moduler les décors, comme par exemple ces bancs qui en un clin d’œil deviennent pierre tombale sans autre ajout qu’une grande croix !

                Mais tout est bien qui finit bien : les deux rivales du départ deviennent très complices et c’est sur un air de flamenco, prélude à leur futur voyage à Madrid en camping-car, loin de la monotonie de leurs vies respectives, que s’achève cette comédie !  Avec les compliments du public présent.

Danielle VALLÉE

VENCE

Le 22 octobre 2017

Concert Syrinx

Un voyage dans le temps, de la fin du moyen-âge et la pré-renaissance jusqu’à aujourd’hui et dans l’espace, puisque la programmation du concert donné à la Cathédrale de Vence ce 22 octobre par l’ensemble vocal Les Ménestrels d’Antibes avait choisi des œuvres de compositeurs espagnol, flamand, ukrainien, italien, français

L’originalité résidait dans l’ordonnancement car plutôt que de suivre un fil chronologique, la préférence était donnée à un regroupement par thème : hommages à la Vierge Marie, douleurs de la crucifixion, mystères de la foi, hymnes à la joie, démontrant l’existence de liens musicaux entre les époques.

Pour commencer, le LAUDATE PUERI de Javier Busto, basque espagnol du XXème siècle et pour terminer le motet JUBILATE DEO de Cristobal de Moralès, espagnol de la Renaissance.

Nous avons eu la chance de découvrir le STABAT MATER SPECIOSA chanté en public pour la première fois du compositeur contemporain Patrick Clette, présent au concert. . Étaient aussi présents Stephan Nicolay avec un Régina Caeli, très rythmé,  et Laurent Coulomb pour Ubi caritas.

Organisé par Syrinx Concerts ce programme de musique sacrée  a capella, sous la direction de Marie Claude BUSCHER, a été apprécié des très nombreux auditeurs qui n’ont pas été avares d’applaudissements.

Danielle Vallée

TOURRETTES

Le 20 octobre 2017

Vernissage de l’exposition « Belle Terrasse »

Suzanne HETZEL

La collaboration entre la municipalité et le FRAC PACA (Fonds Régional d’Art Contemporain Provence-Alpes-Côte d’Azur), mise en place depuis 2001, présente cette année une exposition des œuvres de Suzanne Hetzel.

L’artiste, invitée par la mairie, a passé une semaine en résidence au mois d’août 2017 dans le village. Ce séjour a donné lieu à la création de plusieurs œuvres dont certaines font partie de l’exposition à côté d’acquisitions du FRAC.

D’origine allemande, Suzanne Hetzel vit à Arles. Elle porte un regard tout particulier aux choses modestes et oubliées comme ces fragments de poterie ou ces gants de chantier. À partir de ces petits riens, l’artiste raconte des histoires perdues et leur redonne vie.

France Paringaux, responsable des projets de diffusion du FRAC, nous confie : « Au travers de fragments de corps qui dévoilent des signes de vie, il reste à découvrir et à tisser des liens entre images et objets, extérieur et intérieur des êtres. Les corps et les esprits s’animent pour construire de nouvelles images mentales ».

L’exposition est à découvrir jusqu’au 17 février 2017.

Marcel Orengo

TOURRETTES 

Le 29 octobre 2017 

Bourse aux livres et coetera

 

                Une avalanche de livres, de toutes formes, de tous sujets. Des casiers entiers, livres de poche, dictionnaires, bandes dessinées, religions… La liste n’en finit pas ! La salle des fêtes est transformée en une immense bibliothèque hétéroclite.

                Des livres mais aussi des CD, des jouets, des cartes postales anciennes, des objets de collection… Il y a vraiment de tout à la bourse aux livres de Tourrettes-sur-Loup et pour toutes les bourses, comme l’indique une petite pancarte « Prix d’hiver, de 0,50 à 2 €, à la tête du c….. ».

                Et que dire des visiteurs qui ne manquent pas ce rendez-vous au village, eux aussi très variés, comme ce petit garçon devant des figurines de héros modernes, ou ce vieux monsieur penché sur un ouvrage ancien…

                Enfin, pour couronner cette manifestation, un beau soleil dans un beau ciel bleu.

Marcel ORENGO

VENCE

Le 25 octobre 2017

UNE TERRE DE BONNE ESPÉRANCE

Le 25 octobre au Théâtre de l’Avant-Scène, devant une salle pleine, Yves UGHES a présenté son dernier ouvrage : « Une terre de Bonne Espérance ».

                Il est debout sur la scène près de la table sur laquelle il a disposé de nombreux livres qui ont marqué des étapes, ont été des références, ont jalonné son parcours. Mais aussi des objets, comme ce cadre représentant une « Annonciation » de Fra Angelico. Car les choix sont multiples dans une vie.

                Il a parlé de son enfance à Nice, dans une famille unie et chaleureuse. Il a gardé le souvenir de la cuisine de sa grand-mère, dont les plats savoureux ont enchanté son palais. Il a évoqué sa jeunesse, sa rencontre avec la poésie. Il a entrevu, grâce à ses professeurs, l’inépuisable richesse de la littérature. Pour lui, ces moments ont été fondateurs. Ayant beaucoup reçu, il s’est fait un devoir – et un bonheur – de donner à son tour. Transmettre a été – et est toujours - pour lui une évidence.  Il y apporte toute son énergie et son optimisme, à la présidence de « Podio » pour la défense et l’illustration de la poésie, réussissant à obtenir pour Vence le label de « Ville en poésie ».

                C’est pour lui une impérative nécessité de dépasser la morosité ambiante. De l’absurde, il ne veut retenir que cette phrase de  Camus : Il faut imaginer Sisyphe heureux. Il ne nie pas la difficulté de cultiver l’optimisme. Il cite Péguy  qui a écrit : C’est espérer qui est difficile. Mais la difficulté n’existe que pour être surmontée, dépassée.

                Et Vence n’est-elle pas « une terre de Bonne Espérance » sous la protection de ses remparts, et en même temps ouverte au monde par ses cinq portes ? Réalité magnifiquement illustrée par l’œuvre picturale joyeuse et paisible de Michel Joyard en couverture du livre.

 

                La présentation du livre a été suivie d’un pot convivial, permettant des échanges entre les personnes présentes.

Danielle VALLÉE

TOURRETTES

Le 21 octobre 2017

Concours de chant Un Jour une Voix

Quat de finale à Tourrettes-sur-Loup

                Tout comme l’an passé pour les Éliminatoires du concours, les concurrents se sont présentés dans l’auditorium du Conservatoire municipal de musique vençois, devant un jury composé de professionnels de la musique. Troisième saison proposée par HM Production en la personne d’Emmanuel HAUVEL, épaulé de son épouse Christelle, 46  candidats retenus sur les 69 qui se sont présentés. Venus de tous horizons et de formations différentes, des chanteurs déterminés et de tous âges puisque la plus jeune a huit ans et l’aînée flirte avec la soixantaine. Ils sont légion dans notre belle région, ces chanteurs mus par la même passion, talentueux, aux cordes irréprochables, cordes vocales, cela va de soi.

                Le rideau se lève sur un karakoé géant composé des nombreux spectateurs venus soutenir leur poulain. Et puis le concours commence en trois catégories, moins de 16 ans, de 16 à 35 ans et plus de 35 ans.

                L’intendance est irréprochable, musique et lumière s’accordent, et des badges sur les vêtements indiquent les numéros de passage. Le jury a sa voix, les spectateurs aussi.

                Les candidats qualifiés pour la demi-finale sont :

. Catégorie des - 16 ans : Ben Rokia Nour - Labaume - Minault Théa - Blondel Laureen - Levy Kathleen - Massie Yasmeen - Barilla Jessica - Marien Flavia - Veneran Lisa - Santana - Le Reste Shad - Delattre - Barros Lana - Lou

. Catégorie des 16/35 ans : Gaddacha Ines - Nogués Philippe - Pirrello Corentin - Dos Santos Romain - Ferrero Yoann - Cassal Ludivine - Pazvantov Nedko - Des Vignes Victoire - Baudart Claire - Dorai Coralie

. Catégorie des + 35 ans : Rodo Marina - Allouche Pierre - Pérès - Luce Alexandrine - De Carlo Florence - Laurem - Bouveret Cécile - Monier Géraldine - Fondement Joël - Simon Erwan - Pereira Vanda.

Marcel Orengo

Images : Jean Seguin

VENCE

Le 18 octobre 2017

Médiathèque et 14-18

                Trois films ont été programmés par la Médiathèque de Vence, en partenariat avec le Collège de la Sine en ce mois d’octobre 2017, dans le cadre du Cycle Histoire sur la guerre 14-18.

                J’ai déjà rendu compte de « CHEVAL DE GUERRE » diffusé le 4 octobre. Il me reste à vous parler des deux autres films : « UN LONG DIMANCHE DE FIANCAILLES » et « JOYEUX NOËL », passés respectivement les 11 et 18 octobre.

                Film sorti le 27 octobre 2004, « UN LONG DIMANCHE DE FIANCAILLES », réalisé par Jean-Pierre JEUNET, tiré du roman de Sébastien JAPRISOT, raconte l’histoire de la jeune Mathilde et de Manech, séparés par la guerre en août 1916 lorsqu’il est envoyé sur le front de la Somme. Commence pour Mathilde une très longue attente. Ce n’est qu’en 1919 qu’un bulletin officiel lui parvient, faisant état de la mort de Manech. Mathilde n’écoute alors que son intuition et décide de retrouver Manech, coûte que coûte. Elle veut savoir ce qui s’est réellement passé.  Sa quête ne va pas être facile, cependant l’espoir ne la quitte jamais. Et l’histoire lui donnera raison puisqu’après moult péripéties, aussi bien dans les états-majors que dans les archives des armées et près des survivants, elle le retrouvera, vivant… mais amnésique.

                Le film va montrer les conditions épouvantables dans lesquelles (...)

Lire la suite ICI

VENCE

Conférence

Raspoutine et la fin des Romanoff 

 

                Nous sommes en 2017, il y a 100 ans c’était la Révolution d’octobre et la mort de Raspoutine. Un personnage qui, aujourd’hui encore, a conservé tout son mystère et suscite toujours autant de polémique. Sur cet homme, il reste une grande zone d’ombre. C’est un terrain où se mêlent dans cette fin de siècle le mysticisme, le symbolisme et l’occultisme.

                Né en 1871 dans un petit village du nord de la Sibérie, d’un père alcoolique, il a une jeunesse agitée et commence à se faire remarquer très tôt par un talent de guérisseur, par imposition des mains à la fois sur le bétail et sur les villageois. Puis Raspoutine va appartenir un temps à une de ces sectes qui abondent dans cette ancienne Russie, la Secte du Pardon. Elle a une étrange pratique pour le moins originale, qui consiste à pécher le plus possible pour obtenir... le plus de pardon. Le goût de la débauche qu’il va pratiquer toute sa vie n’est sans doute pas étrangère  à cette pratique, pour ce jeune homme déjà doué d’un appétit sexuel proche de l’érotomanie. Son aspect est repoussant : crasseux, grossier, illettré jusqu’à l’âge de 20 ans, il a pour lui un magnétisme certain, une mémoire fabuleuse, et  retient au mot près un texte de trois pages, après l’avoir lu une seule fois.

                Ce personnage va rencontrer la famille impériale et en devenir un intime grâce à ses relations (...)

Lire la suite ICI

SAINT JEANNET

Le 15 octobre 2017

LA FETE DES VENDANGES ET DE LA CHATAIGNE

Sur la Place de l’Eglise, la fumée enveloppe le clocher d’un voile vaporeux. A l’ombre du marronnier l’activité règne : tout se fait au feu de bois, du tournebroche avec un porcelet régulièrement arrosé de son jus de cuisson en passant par le grilloir à châtaignes astucieusement mû par un engrenage pour une cuisson à point sans oublier l’alambic qui patiemment distille son eau de vie. Un peu plus loin, une équipe de cuisiniers, composée de Danielle, Jean Michel (I) et Jean Michel (II), s’affaire pour l’anchoïade tandis que Gilou manie le pilon pour la soupe au pistou. La carte affiche  des prix très modiques. Et pour accueillir les convives de grandes tables sont disposées en U.

Patrice, (neveu de Rose me précise-t-il) me fait un accueil cordial et répond à mes questions sur les origines du Cercle Le Progrès qui fête ses 111 ans !... Il ajoute que le vin sera apporté tout à l’heure par la famille Rasse, bien connue pour ses vignobles et son implication dans la vie du village et dont l’aïeul, René, aimé et respecté de tous s’est éteint cette semaine. Cette année le Cercle a à cœur de perpétuer la tradition de cette fête automnale et de garder son ambiance très conviviale. A la sortie de la messe, un peu avant midi, les gens s’embrassent, se parlent, prennent l’apéritif, vont  s’asseoir aux tables,  esquissent des pas de danse aux sons de la musique joyeuse de Lo Cépon. Des touristes belges sont ravis de partager ce moment. Nous aussi. C’est sous un ciel d’azur et un doux soleil que nous quittons cette sympathique fête villageoise.

Danielle Vallée

Vence 

Encore et toujours

 

                Il y aurait tant de choses à dire et tant ont déjà été dites !  Rien ne semble avoir d’effet sur les dégradations de toutes sortes faites aux alentours du Col de Vence. Ici se sont des tags sur les rochers, là des déchets abandonnés à même le sol…

                Les amoureux (et ils sont nombreux) d’une belle nature, propre et respectée, n’en peuvent plus de voir ces méfaits. Pourquoi aller déposer des vieilles planches ou de vieux papiers là-haut dans cet endroit si magique ? Pourquoi peinturlurer ces belles roches avec des peintures hautement résistantes et toxiques ?

                Il appartient à chacun de rappeler sans cesse que la nature nous comble, nous apporte l’oxygène dont nous avons besoin et, en retour, nous nous devons de la respecter car elle est fragile.

Ces quelques photos du Vençois Christian Piana sont autant de preuves de ces gestes gratuits et malveillants.

Marcel Orengo

VENCE

Le 14 octobre 2017

Journée nationale du Commerce de proximité, de l’artisanat et du centre-ville

 

                Certains le disent moribond mais le commerce de proximité a, semble-t-il, encore de beaux jours devant lui, et le dynamisme des commerçants ne semble pas non plus s’émousser.

                Le « petit commerçant » - comme on le nomme souvent -  prend souvent le temps de faire un brin de causette avec ses clients. Il a toujours, moment précieux, des conseils utiles à nous donner et apporte sa touche personnelle qui fait toute la différence.

                C’est en partie pour cela que nous y retournons. Fleuristes, coiffeurs, boulangers, bouchers, opticiens, pharmaciens, restaurateurs… les commerçants nous rendent service au quotidien et sont présents dans la ville : avenue Marcelin Maurel, bien sûr, mais aussi l’incontournable rue du Marché, l’avenue de la Résistance, la place Clemenceau…

                Des manifestations un peu partout en ville, des étals devant les vitrines… La Journée nationale du commerce de proximité, de l’artisanat et du centre-ville - organisée à Vence par l’association « Les Vitrines de Vence » en collaboration avec la ville, la SEM, la CCI - sous un magnifique soleil, a attiré de nombreux passants. Outre les commerçants, de nombreuses animations étaient organisées : chants, danses, démonstrations de karaté et autres activités physiques.

                « Chaque mois il y aura un samedi comme celui-ci » nous confie Christel Hauvel, la présidente de l’association « Les Vitrines de Vence ». Alors Vençois, Vençoises et voisins, préparez-vous à de nouvelles balades dans les rues, places et ruelles de la ville !

 

Marcel Orengo

Vence

Le 15 octobre 2017

Mauvaises rencontres

 

Au petit théâtre de l'Avant-Scène, cette semaine Valbonne est venu à nous. Valérie d'Amodio et Éric Louis jouent cinq couples insolites aux relations peu conformes aux attentes habituelles.

Humour grinçant ou réalisme décalé, les comédiens des Enfants du Paradis, créateurs du texte et de la mise en scène ont bien fait rire les spectateurs avec leurs «  Mauvaises Rencontres »           

France-Hélène

VENCE

Le 10 octobre 2017

Martin Luther      

Il y a 500 ans il provoque un séisme politique  

Conférence de Michel Derlange

Michel Derlange nous reçoit dans la nouvelle salle au rez-de-chaussée de la Médiathèque municipale devant son public habituel pour nous parler du frère Augustin en religion, plus connu sous le nom de Martin Luther.

Il y a un demi-millénaire la veille de la Toussaint, ce dernier prend une initiative dont les conséquences vont déclencher un véritable séisme en Europe.

Sur la porte de l'église de Wittenberg en Saxe, le prêtre Martin Luther affiche ses 95 thèses. Il dénonce la pratique des "indulgences" qui promettent aux fidèles d'accéder plus rapidement au paradis contre le paiement d'un tribut au clergé. Il affirme aussi que les prêtres peuvent être mariés et il condamne la fonction cléricale. Les bases du protestantisme sont jetées. Les thèses de Luther seront diffusées à travers l'Allemagne sans son accord. Elles finiront brûlées par le pape Léon X en juin 1520. Convoqué à Augsbourg devant le général des dominicains Thomas Cajetan, Martin Luther, futur initiateur de la Réforme protestante, refuse de rétracter ses propos dans lesquels il affirme la supériorité de l'écriture sur l'autorité du pape. A la suite de cela, Léon X décide de procéder à l'excommunication de Luther, et en profite pour dénoncer 41 des 95 thèses émises par ce dernier, et qui serviront de base à la Réforme protestante.

La bulle papale "Decet romanum pontificem" excommunie le réformateur allemand Luther et ses partisans jugés hérétiques. Martin Luther continuera à soutenir sa doctrine devant la Diète de Worms présidée par l'empereur Charles Quint au mois d'Avril. Il ne sera pas condamné à mort mais banni. Grâce à la récente invention de l'imprimerie, dès le jour de son excommunication, des traductions en langues populaires de ses "95 thèses" circulent déjà partout en Europe. L'empereur Charles Quint promulgue l'Edit de Worms qui met au ban de l'Empire le réformateur Martin Luther parce qu'il refuse de se rétracter après la publication de ses "95 thèses". L’œuvre de Luther sera à l'origine d'une révolution religieuse qui modifiera profondément le christianisme. Il est considéré comme le père de la Réforme protestante qui influencera les cultures germaniques et anglo-saxonnes 

 

Raymond Ardisson 

Photos A .R Internet

VENCE

Le 7 octobre 2017

Semaine bleue à l'EHPAD Vençoise

Chaque mois d’octobre, a lieu partout en France la Semaine Bleue.

Sept jours pour informer et sensibiliser sur la vie des personnes âgées, leur vie économique, sociale et culturelle, et les difficultés qu’ils peuvent rencontrer.

Evénement qui permet également aux personnes travaillant auprès de nos ainés d’organiser tout au long de la semaine des rencontres inter générationnelles et de nombreuses animations.

Les animatrices de La Vençoise, Nadia et Christine, ont organisé tout au long de la semaine diverses animations comme un grand loto avec les enfants de l’école St Michel, un atelier sur notre belle région, une sortie au traditionnel gouter dansant organisé par le CCAS et autres animations.

Et c’est tout naturellement que la Troupe AHV de Mr Serge Serra a répondu présente comme chaque année pour venir offrir leur tout dernier spectacle « Assis sur le toit du monde ».

Cette nouvelle musicale où se mêle chants, danses, théâtre et où la bonne humeur est au rendez-vous, a clôturé la semaine au sein de La Vençoise.

N’oublions pas que la Semaine bleue c’est 7 jours pour dire mais 365 jours pour agir

Magali Seguin

VENCE

Le 7 octobre 2017

14EME RALLYE REGIONAL DU PAYS VENCOIS

J’arrive un peu avant  10 heures. La liste des participants est affichée, signée par le Directeur de Course. 87 équipages inscrits avec le nom du pilote et du copilote, le type de voiture, son heure de départ – donc 87 véhicules sagement alignés dans le parking de la  piscine + plus quelques voitures pour la logistique garées elles derrière la Médiathèque.

Je me faufile dans l’agitation.  « Rallye automobile » : j’imagine de grands gaillards passionnés de mécanique et de performance.  J’en ai vu : allure pro dans leur combinaison avec même les chaussures aux coloris assortis à la combi, allure virile, cigarette à la bouche, allure débonnaire et moult tatouages, allure sérieuse cahier à la main mais pas seulement car les femmes aussi y ont conquis leur place.et celles que j’ai aperçues y semblaient très à leur aise.

Les départs s’échelonnent. Mais, pour reprendre une expression souvent utilisée par celle qui signe la Courge, « je n’ai pas tout compris ». Je vois des voitures qui tournent à droite, d’autres à gauche pour repasser par le parking haut, pourquoi  ?? Et puis, il y a le bruit assourdissant des moteurs, des accélérations, des pots d’échappement, le brouhaha des conversations entre habitués initiés qui parlent pneus, échangent infos sur tel virage en épingle, etc…et bien sûr la présence de quelques badauds.

A la fin de l’évènement les gagnants seront contents, les autres penseront aux améliorations pour leurs prochaines performances. Mais tous auront au moins gagné une chose : une journée au  temps idyllique de l’automne naissant.

Et moi, j’y ai gagné un mal de crâne persistant et une certitude : rendre compte d’un rallye automobile, ce n’est pas dans mes cordes ! Vous voudrez bien me pardonner : je n’ai pas eu le courage d’y retourner le soir pour assister à la proclamation des résultats.

Danielle vallée

VENCE

Le 7 octobre 201

Prévert à la Médiathèque

        

Ce 7 octobre à 15 H 30 nous étions conviés à un rendez-vous bien agréable à la médiathèque de Vence en compagnie de Marie Agnés Courouble, Annie Bertrand et Patrick Beillet, ils nous invitent pour une lecture d’extraits de « Paroles ».

Des poèmes de Prévert,  publiés pour certains avant-guerre, et qui  n’ont pas pris une ride ni perdus de leur charme parfois grinçants, Surréalistes ou émouvants, comme « Barbara » que chantait jadis Mouloudji.

Des petits textes lus avec talent et émotion par ces trois récitants.

Par ailleurs, sans trop s’éloigner du sujet Marie-Agnés Courouble vient de publier un nouvel ouvrage « Devoirs de vacances ou les lettres singulières », et singulières elles le sont, à titre d’exemple : Lettre à un juge, à un chauffeur de taxi, au petit prince, ou à…Dostoïevski.   Des lettres sorties de la riche imagination de l’auteure, des lettres drôles, insolites ou mélancolique, se terminant par une lettre à elle-même...   

110 pages de pur bonheur aux éditions « La Gauloise ». Elles vous attendent ces pages  au centre culturel Leclerc place du Grand Jardin . 

Raymond Ardisson

VENCE

Le 3 octobre 2017

VERNISSAGE DE L’EXPO PHOTO « D’un territoire à l’autre »

L’exposition inaugurée ce soir, et qui se tient jusqu’au 28 octobre 2017 à la Galerie Bleue, a été conçue et réalisée par les élèves de l’atelier de photographie sis à Vence sous la direction d’Elizabeth Choleva, photographe – créatrice d’histoires.

Le travail de toute une année, une deuxième expérience pour le groupe des avancés, permet de mettre en évidence des talents et des savoir-faire qui sont d’autant plus appréciés du fait que les artistes ne sont pas des professionnels.

Leurs photographies nous invitent sur leurs propres territoires, vécus ou rêvés, environnants ou intimes, des territoires représentés comme identités.  Et, qui dit territoire, dit frontières, mais les émotions ressenties au sein du groupe, les échanges et la complicité des élèves, nous amènent naturellement à nous poser la question si, finalement, les territoires nous unissent ou nous séparent.

Natalia Florescu

VENCE

Le 14 octobre 2017

Forum des métiers

 

Inauguré par Cathy Le Lan, maire de Vence, le deuxième salon du forum des métiers à Vence a connu un réel succès avec 80 professionnels exposants et près de 800 jeunes visiteurs au gymnase Candau.

À l’initiative du Conseil municipal des Jeunes et la ville de Vence, cette manifestation a pour but d’informer élèves mais aussi parents et enseignants en vue d’une orientation sur les métiers et les voies qui y conduisent...

Le but est de faciliter les choix d’orientation dans les secteurs comme : animation, art, bâtiment, banque, commerce, communication, défense, droit, électronique, environnement, finance, gestion, information, informatique, lettres, santé, science, sciences humaines, sécurité, social, sport, technologies, transport, travaux publics, urbanisme...

Marcel Orengo

(vidéo André Marie)

VENCE

Le 7 octobre 2017

1er PhotoMarathon à Vence

 

Clic clic clic… les ruelles, places et recoins de la ville crépitent de toute part… Clic clic clic… Debouts, penchés, couchés les cyclopes modernes saisissent le moindre détail, la vue ombragée d’une façade ou encore le contour d’une silhouette… Clic clic clic… 80 adultes et 7 adolescents participent au premier Photo Marathon, compétitions organisée par Pascale Hugon et sa troupe de bénévoles dans le cadre du Sept Off.

Association niçoise, le Sept Off organise chaque année en septembre, le Festival de la Photographie Méditerranéenne et le Nice PhotoMarathon.

Photographe amateur,  vençoise mais également membre de la Commission extra-municipale Culture et Patrimoine, Pascale Hugon, après avoir participé à l'organisation du Nice PhotoMarathon en 2016 et 2017, s'est proposée de mettre en place ce 1er Vence PhotoMarathon.

Clic clic clic… La compétition comprenait deux catégories :

Les  « jeunes » avec 3 thèmes, 3 photos à réaliser de 9h à 12harmé d’appareils photo numériques, de tablettes ou de smartphones et toutes retouches possibles.

Les « adultes » avec 6 thèmes, 6 photos à réaliser de 9h à 16h – appareils photo numériques exclusivement et aucune retouche.

Les thèmes étaient :

  1. « Vence c’est un pays où la lumière joue le premier rôle » (Matisse)

  2. Péché-mignon

  3. Coin secret

  4. Flou artistique

  5. Invisible

  6. Une photo vaut mille mots

Le jury a récompensé Maurice, Philippe, Suzanna, Marie-Noëlle et Aurélie pour leur meilleure photo de chaque thème (3 ou 6 ) et Aurélie qui a réalisé la meilleure série des 3 ou 6 photos. Félicitations à Maurice et Aurélie pour leur deux lots.

Nous avons assisté à la remise des prix à 18h30 sur le Belvédère Fernand Moutet.

Marcel Orengo

VENCE

Le 7 octobre 2017

A l’Avant-Scène

« Un jour,  ça casse » : une pièce écrite par Michel Bellier, à partir des témoignages de vie d’habitants de la ville de Port-de-Bouc, des vies bancales, bousculées, malmenées, « ébréchées ».

Si le rideau s’ouvre sur une scène épurée et une comédienne engoncée dans ses habits, traînant un caddie lourdement chargé, il se produit au fil de la pièce une inversion : la comédienne se dépouille et la scène se charge d’objets dérisoires ponctuant les vies déroulées.  Le spectateur est sollicité par le personnage et il peut ressentir toutes les émotions au travers du jeu de la comédienne.

Puis le personnage devient évanescent jusqu’à quitter la scène, sous l’apparence d’un elfe (ou d’un ange ?), sur fond musical.

La salle était pleine en ce dimanche après-midi, alors que les séances précédentes du vendredi et du samedi avaient dû être annulées, faute de spectateurs.

Danielle Vallée

VENCE

Le 4 octobre 2017

Dans le cadre du Cycle Histoire sur la guerre 14-18, initié il y a trois ans, par le Collège de la Sine  et dans lequel  la Médiathèque est partenaire, il y avait ce mercredi 4 la projection du film «  CHEVAL DE GUERRE » de Stephen SPIELBERG.

Ce film est inspiré du roman du même titre du britannique Michael MORPURGO. Il est présenté au public présent,  composé principalement de collégiens et de quelques adultes, par Nadège, la responsable du pôle Musique et Cinéma à la Médiathèque. Elle souligne la performance de l’acteur qui joue le rôle principal et dont c’est le premier film. Elle donne des détails sur la façon dont a été tourné le film, sans aucun effet spécial. Et précise qu’une très grande attention a été apportée aux chevaux pour qu’aucune maltraitance ne soit exercée.

(...)

Lire la suite ICI

Deux auteurs de Vence seront présents au Festival 2017 de Mouans-Sartoux

 

Yves UGHES, pour UNE TERRE DE BONNE ESPÉRANCE

Yves Ughes s’est arrangé pour naître à Nice. Il y grandit dans un quartier de saveurs, au sein d’une famille d’origine italienne. Il découvre par l’Ecole Républicaine, en classe de 3ème, la force de la poésie. Cette onde de choc le porte encore.

Son dernier recueil sera présenté au Festival du Livre de Mouans-Sartoux, à la libraire Masséna, Espace A. Stand 30. Du vendredi 6 au Dimanche 8.

(...)

Georges RICHARDOT, pour sept ouvrages

A Mouans–Sartoux, vendredi et samedi, je ne présenterai pas moins de 7 ouvrages. Nécessaire pour couvrir la diversité de cette dernière cuvée (2016–2017) de ce que j'ai nommé "Mes vendanges tardives".

Du point de vue qui nous intéresse, ma vie se sera partagée en deux phases. Si, sans discontinuer, j'ai été dominé par la même passion d'écriture, dès l'adolescence j'avais arrêté la décision d'en séparer le plus possible la vie active, afin d'en préserver la totale liberté, la fraîcheur expérimentale, voire la relative intimité.

(...)

Lire le document complet ICI

VENCE

Le 2 octobre 2017

CONFÉRENCE SUR ALIÉNOR D’AQUITAINE

A LA BIBLIOTHÈQUE POUR TOUS

PAR Gérard BERRIER

 

Mes souvenirs scolaires étant lointains, je me suis replongée avec délice dans quelques livres sur Aliénor avant d’aller à la conférence de Gérard Berrier.  Le personnage m’a toujours fasciné. Il semble que ce soit aussi le cas du conférencier, qui a dit son étonnement devant une telle personnalité dont il va nous raconter chronologiquement le parcours.

A sa naissance, probablement en l’an 1122,  les bonnes fées lui ont tout donné : la beauté, la santé, l’intelligence, le courage, l’audace, le sens politique, toutes qualités dont elle fera bon usage au cours de sa longue vie. 

En ce Moyen Age, elle a la bonne fortune de naître dans le duché d’Aquitaine (plus grand que le royaume de France de l’époque) où les filles peuvent hériter comme les garçons. Ce qui lui permettra à la mort de son père de lui succéder.

Lire la suite  ICI

VENCE

Le 2 octobre 2017

Inauguration de la nouvelle station d'épuration

Mercredi  après-midi a eu lieu l'inauguration de la nouvelle station d'épuration du Malvan  par Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d'Azur, Catherine Le Lan, maire de Vence, Loïc Dombreval, député des Alpes-Maritimes, Hervé Paul, maire de Saint-Martin-du-Var et président de la commission Eau, Assainissement et Energie de la Métropole NCA, en présence de nombreux élus.

Elle remplace les anciennes stations de Vosgelade et du Malvan. D'une capacité de traitement de 28.000 habitants extensible à 40.000, elle utilise un procédé performant de boues activées et de filtrations membranaires. Elle est silencieuse et ne dégage aucune odeur. A la pointe de l’assainissement, ses rejets sont qualifiés " eau de baignade ". Le coût total des travaux s’élève à 18 millions d’euros financés par la Métropole Nice Côte d’Azur.

Jean Seguin

VIM

vence-info-mag

Copyright : VENCE-INFO-MAG 2015